L’agriculture du 21ème siècle Publié le 20 février 2015 par

De toutes parts, des signaux nous sont transmis, soulignant les opportunités que vont receler les marchés agricoles dans le monde ; les prévisionnistes mettent en valeur le défi stratégique du 21ème siècle qui sera celui de la nourriture.

Paradoxe : en France, de déclarations en discours, trop de voix s’élèvent pour distiller pessimisme, désespoir et désenchantement dans la production agricole, avec comme leitmotiv « c’était mieux avant », comprenons bien avant l’évolution de la politique agricole, avant le développement de la mondialisation, avant tout ce qui fait peur aujourd’hui parce que nous ne savons pas suffisamment nous y adapter.

Oui, pour l’Europe et la France, la production agricole, avec son amont et son aval, représente un secteur stratégique. Stratégique pour la conquête de marchés, l’emploi, l’aménagement des territoires, la sécurité en quantité et en qualité de l’alimentation, stratégique pour le développement des biomatériaux et bioénergies…

Cette dualité d’opportunités et de stratégie nationale devrait conduire les filières à se positionner avec des objectifs ambitieux, mobilisant talents, compétences, investissements, innovations et recherche à la hauteur des besoins pour relever les défis. Certes, ceci représente un changement profond de paradigme et de comportement : dans les filières agricoles, il faut travailler ensemble, réfléchir ensemble, et respecter chaque maillon pour la part essentielle qu’il représente dans l’ensemble.

Ce n’est pas facile, mais des filières aujourd’hui remarquables nous ont montré le chemin et c’est elles qu’il faut mettre en exergue pour leur réussite et leur efficience.

Permettre à chacun d’être acteur, travailler de concert, élaborer des stratégies, cela signifie se désintoxiquer des politiques publiques, ne pas en appeler sans cesse à l’arbitrage des pouvoirs publics mais d’abord de gérer ensemble et de décider conjointement.

Et pour sa part, le producteur agricole doit désormais comprendre qu’il gère une entreprise avec toutes les conséquences que cela induit. Alors, oui, vraiment, il faut supprimer un grand nombre de carcans à l’acte de production, mettre en place une fiscalité simple, adaptée et durable, accompagner et soutenir l’innovation et l’ouverture aux nouveautés. Pour sa part, en sa qualité de think tank, saf agr’iDées entend aborder positivement toutes ces questions et proposer des solutions pour permettre aux producteurs agricoles et aux filières, de pouvoir exprimer leurs potentialités et d’être reconnus comme stratégiques.

Il est temps désormais que l’agriculture et les filières agricoles françaises entrent pleinement dans le 21ème siècle. Espérons que la semaine du Salon International de l’Agriculture donnera les occasions de poser plusieurs pierres à cet édifice qu’il convient que nous construisions.

@SAFThinkTank