L’agriculture intra-urbaine, une agriculture comme les autres ? Publié le 27 août 2015 par Marie-Laure HUSTACHE

S’il y a bien plusieurs formes d’agricultures intra-urbaines, toutes contribuent à une meilleure biodiversité au sein des villes. Ce “phénomène”, qui n’a de cesse de s’affirmer et de muter, interpelle de plus en plus.

 

Jardins potagers, petits élevages et ruches sur les toits, fermes verticales ou souterraines,
écoquartiers, entreprises abritant des serres ou des cultures hors-sol, fermes pédagogiques…,
l’agriculture intra-urbaine rivalise de créativité pour conquérir l’espace urbain.
Plus de deux ans après l’organisation d’un colloque sur l’agriculture urbaine « Dans et pour les
villes », saf agr’iDées a choisi de proposer avec Sol et Civilisation le 28 septembre 2015 un
nouveau débat intitulé « L’agriculture intra-urbaine, une agriculture comme les autres ».
L’accent de cet agr’iDébat sera mis notamment sur la multifonctionnalité de l’agriculture intra-urbaine à réaffirmer, mais aussi sur ses aspects économiques (rentabilité, circuits de production, innovation et recherche, etc.) et juridiques (gouvernance, statut des agriculteurs etc.) à mieux cerner et définir.

Comment mieux comprendre et mesurer les aménités de « l’agriculture des villes », plus traditionnellement ou naturellement attribuées à « l’agriculture des champs » ? Comment (re)créer des passerelles entre ces deux types  d’agricultures qui comptent souvent plus de points communs que de différences ? Produire au coeur des villes, introduire et gérer du « vivant » au coeur des villes, créer des emplois nouveaux, créer du lien avec les consommateurs… Autant de missions qui ouvrent de multiples perspectives à tous les acteurs concernés. Encore faut-il que tout le monde puisse jouer son rôle.

En 2013, saf agr’iDées le rappelait dans son Rapport sur les territoires : « Le renouveau
d’une agriculture en ville s’explique tout d’abord d’un point de vue sociologique. Cette
agriculture (intra-urbaine) ne résulte pas d’une volonté du monde agricole mais d’un monde
d’urbains, et qui devrait l’être de plus en plus, avec une population qui devrait poursuivre son
augmentation. D’après l’ONU, 56 % de la population mondiale vit en ville. Dans vingt ans,
70 % de la population mondiale sera urbaine ». Et notre think tank d’alerter : « L’agriculture urbaine ne doit pas être sous-estimée par le monde agricole. Le phénomène est suffisamment sérieux d’un point de vue sociologique, social, écologique, culturel et de plus en plus  économique pour être traité par et avec le monde agricole ».

À l’heure du déploiement de toutes sortes d’initiatives publiques ou privées en France comme à l’étranger, il était temps d’organiser à nouveau un débat d’experts sur le développement des agricultures urbaines… Rendez-vous est donc pris pour le 28 septembre 2015.

 

Cet article est paru dans le numéro 218 de la Revue “Agriculteurs de France”

(photo d’illustration : Brooklyn Grange, par Olivier Frey)

Agriculture intra-urbaine-Tribune MLH-RAF 218
0.2 MiB
Détails
@SAFThinkTank