L’exigence d’une alimentation saine : quelles conséquences pour l’agriculture ? Publié le 14 novembre 2019 par Michel DUBOIS

Le souhait d’une alimentation plus saine est pour chacun une évidence. Qui ne désire pas manger le mieux possible qualitativement et quantitativement ? Mais rien n’est simple en ce sujet.

 

Quoiqu’on veuille il y aura pléthore de définitions et de conceptions d’une alimentation saine. La mise en place de normes améliorables régulièrement reste bien sûr indispensable. Cela demande des études et des recherches continues pour suivre les évolutions des demandes et des offres alimentaires ; cela demande aussi des négociations entre toutes les parties prenantes. Au final, l’alimentation étant un choix parmi l’univers des possibles alimentaires, en un lieu et un temps défini, le fait qu’elle soit saine dépend énormément des consommateurs eux-mêmes, le citoyen-acheteur-mangeur qui ne se passera pas de son smartphone, et de tant de produits nouveaux prioritaires face aux produits alimentaires chers.

 

Pour commencer, je recommande une petite lecture de Georges Vigarello : Le Sain et le Malsain. Santé et mieux-être depuis le Moyen Âge. On y voit que les frontières entre sain et malsain, durant les huit derniers siècles, se sont déplacées sans cesse et sont liées directement aux moeurs, aux connaissances et moyens techniques et à la manière de penser et dire la vie. Ce qui ne provoquait aucune inquiétude peut soudain devenir source de mal. D’anciennes peurs peuvent être surmontées, effacées, pour dévoiler aussitôt de nouvelles menaces. Avec l’accroissement du savoir et des moyens techniques, le territoire du risque s’étend, cela multiplie les actions de lutte contre le « malsain ». La suppression d’une menace en dévoile une autre. Finalement on peut saisir à quel point la définition de cette frontière s’intègre dans le processus d’éducation et plus globalement de civilisation. Il n’y a pas de surprise, la représentation du sain se complexifie et se pluralise en accord avec la société. Nous voilà un peu rassurés, cela paraît plus compliqué qu’autrefois, c’est donc un indicateur de « progrès »…

 

Retrouvez l’intégralité de cette tribune dans le numéro 238 de La Revue agridées pp32-34.

 

Pour en savoir plus : 

Retrouvez les recommandations du Programme National Nutrition santé sur le site : https://www.santepubliquefrance.fr

 

 

Article M  Dubois- LRA 238-pp32-34
0.3 MiB
Détails
@SAFThinkTank