Pédagogie du « bien-manger » Publié le 20 avril 2016 par

Bien manger, cela s’apprend et prend du temps. Bien choisir ce qui va composer son panier d’achat puis son assiette, bien s’informer sur les produits, cela prend du temps aussi, mais de plus en plus de consommateurs semblent vouloir relever le défi. Les évènements consacrés à notre alimentation se multiplient d’ailleurs en ce printemps 2016, tout comme les « Unes » des magazines vantant nos chers terroirs ou décryptant le phénomène « Food », qui fait tant rêver les marques en mêlant retour aux saveurs, nouvelles technologies et personnalisation du rapport aux nourritures.

 

L’offre se diversifie, la concurrence entre acteurs traditionnels fait rage, les modes de vie changent, la crise réduit les budgets et encourage de nouvelles formes d’approvisionnement plus variées, voire complémentaires. Nos entreprises agricoles, notre industrie agro-alimentaire sont assurément à un tournant, et aucun maillon de la chaîne n’est épargné : production, transformation, conditionnement et marketing, distribution…

 

Les consommateurs du 21ème siècle que nous sommes, à la fois surinformés et désorientés, souvent paradoxaux dans nos choix alimentaires, se retrouvent toutefois par la même quête de bon sens et de plaisir, comme le montre encore une récente étude Kenwood-Ipsos, …à condition bien-sûr de pouvoir accéder à cette culture alimentaire ! C’est tout l’objet de la dernière intervention de saf agr’iDées le 6 avril dernier lors d’un déjeuner débat organisé par le Club de la Table Française, où notre Note d’analyse et nos propositions ont rejoint les ambitions pédagogiques des organisateurs et des participants, bien décidés à démocratiser l’accès au goût, à favoriser chez les plus jeunes un rapport apaisé et éclairé à l’alimentation et à sensibiliser nos élus à cette urgence éducationnelle !

 

La dernière édition de l’évènement « Food morning » le 12 avril dernier à Paris, intitulée « Démocratie du goût »,  va aussi dans ce sens. Citons pour finir l’un de ses organisateurs,  Thierry Jadot (CEO de Dentsu Aegis Network) : « La France a dans sa raison d’être l’élévation de l’art culinaire au rang de culture populaire. Elle se targue de la rendre accessible à tous et cherche à contribuer à éduquer la planète à se nourrir de façon plus responsable et plus écologique. » Une ambition forte, qui nécessite l’implication de tous les acteurs de la société.

 

 

Gérard LALOI, administrateur de saf agr’iDées 

@SAFThinkTank