SIMA 2015 : avancées technologiques, innovation des pratiques Publié le 13 mars 2015 par

Le SIMA-SIMAGENA a enregistré près de 240 000 entrées selon les organisateurs pour son édition 2015, dont 23 % d’internationaux en provenance des cinq continents. Ce grand rendez-vous de tous les acteurs du secteur a été l’occasion de mettre en vitrine l’innovation et les technologies en matière de machinisme, qui participent au développement d’une « agriculture de précision » universelle qui ne connaît pas de frontières.

 

Au-delà des avancées technologiques et de l’évolution notable des matériels mis à la disposition des chefs d’entreprise agricole, des avancées sont également perceptibles dans leur façon d’appréhender leur rôle et de mieux valoriser leurs pratiques. A cette agriculture de précision, des initiatives qui replacent l’agriculteur au centre, comme acteur et gestionnaire de ses démarches (environnementales et économiques par exemple) sont en train d’émerger, souvent au départ dans les pays anglo-saxons. C’est le cas, par exemple, des Paiements pour services environnementaux » (PSE), sur lesquels notre think tank saf agr’iDées a souhaité faire un focus à l’occasion du SIMA 2015. Le 23 février dernier, la Rencontre internationale que nous avons organisé à l’occasion de la parution de notre Note “Paiements pour Services Environnementaux (PSE) en agriculture / Contractualiser pour produire de l’environnement et augmenter ses revenusa été fort appréciée des (nombreux) participants.

 

Venus d’Italie, d’Irlande, d’Espagne etc. les représentants agricoles ont échangé leurs réflexions et leurs témoignages sur une rémunération positive de la production agricole en matière d’environnement et sur la faisabilité d’un tel dispositif. Un constat à l’issue des débats : il y a aujourd’hui une prise de conscience « inter-pays » bien réelle sur le rôle nouveau à donner aux agriculteurs. Les Paiements pour Services Environnementaux (PSE) en sont l’illustration. Ils sont l’occasion d’organiser une transaction financière entre un prestataire de services et son bénéficiaire : une opération qui a pour objet d’améliorer la gestion agricole pour aller vers du “plus environnemental”. Dans ce schéma, les agriculteurs sont partenaires dans la gestion quotidienne de l’environnement, patrimoine commun. L’environnement devient alors un sujet économique durable en tant que fournisseur d’un revenu supplémentaire pour l’entreprise agricole.

 

Cette innovation dans la façon de concevoir la posture du chef d’entreprise agricole dépasse les frontières géographiques, comme l’a prouvé encore notre conférence au SIMA.

Souhaitons qu’en France elle dépasse les frontières culturelles, fasse son chemin et se concrétise à travers de nombreuses démarches !

@SAFThinkTank