Remise du Grand Prix AFJA du Journalisme agricolePublié le 12 octobre 2018 par Isabelle DELOURME

 

Stéphane Travert, Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation a procédé à la Remise du Grand Prix AFJA* du Journalisme Agricole 2017 le 11 octobre 2018, en présence des lauréats, des membres du jury (dont Isabelle Delourme, rédactrice en chef adjointe de La Revue agridées) et de très nombreux journalistes et personnalités. L’occasion de revenir avec lui sur les grands sujets du moment.

 

Un reportage sur les abattoirs récompensé

Le Grand Prix (1000 €) a été décerné à Marie Nicot et Eric Baudet, pour leur reportage « Eleveur, à la vie à la mort » paru dans Rendez-vous photos en avril 2017 ; un reportage de photojournalisme qui aborde la question difficile de la mise à mort des animaux d’élevage par des éleveurs qui veulent maintenir un abattoir de proximité.

Un Deuxième Prix (500 €) a été attribué à Claire Le Clève, pour son article « Continuer ou se reconvertir, une formation qui m’a beaucoup aidé » paru dans Terra le 3 novembre 2017 ; le thème de la sortie du métier d’agriculteur pour des raisons économiques est abordé avec une grande sensibilité, et dans un objectif de libérer la parole.

Prix de l’audiovisuel (500 €) à Yves Decaens, pour son reportage radiophonique “Plus verte, plus économe, l’agro-écologie trace son sillon”  diffusé dans l’émission Interception sur France Inter le 28 mai 2017 ; un reportage qui vulgarise auprès du grand public les pratiques agronomiques aux vertus environnementales, mais aussi économiques.

 

 

 

Déjeuner avec le ministre

La Remise du Grand Prix du journalisme Agricole 2017 par Stéphane Travert, Nicole Ouvrard, Présidente de l’AFJA et Emmanuelle Ducros (L’Opinion), Présidente du Jury, s’est poursuivie par un déjeuner-débat en présence de nombreux journalistes. Les thèmes traités par les lauréats (bien-être animal, suicide des agriculteurs, agroécologie) ont été notamment abordés. Stéphane Travert s’est notamment insurgé contre les actes de violence revendiqués par des antispécistes à l’encontre des abattoirs. « Les bouchers ne peuvent pas travailler la peur au ventre » a-t-il déclaré. « Il doit y avoir un débat en France sur nos pratiques alimentaires, le bien manger et le bien se porter ». Le Ministre a souligné les avancées des filières et leurs engagements vers la montée en gamme. Il a mis en avant la nécessité de remettre de l’humain dans les échanges avec le monde agricole pour essayer de parler différemment de l’agriculture, de combiner les difficultés et les réussites de l’Agriculture. Enfin, concernant la prochaine Pac, Stéphane Travert a expliqué avoir rappelé à la Commission européenne que la PAC doit rester une priorité. « L’agriculture en France et dans l’Union européenne est structurante pour notre économie » a-t-il ajouté, soulignant la position de la France et le travail fait avec de nombreux Etats-membres pour rappeler cette position.

 

*AFJA (Association Française des journalistes agricoles, de l’alimentation, de l’environnement et de la ruralité).