Rencontre avec Ken Isley, Directeur de l’US Foreign Agricultural ServicePublié le 9 novembre 2018 par Isabelle DELOURME

Ken ISLEY Dir FAS USDA

La politique commerciale américaine, les facteurs de production technologiques utilisés en agriculture et le poids de la science et de la société dans la décision politique aux Etats-Unis, ont été les thèmes abordés par Ken Isley, Directeur du service agricole pour l’étranger (Foreign Agricultural Service) du Département de l’agriculture des Etats-Unis lors de sa rencontre, rue d’Athènes avec les adhérents d’agridées le 22 octobre 2018.

Cet ancien vice-président de Dow AgroSciences, également docteur en droit de l’Université de l’Iowa, a tenu à rappeler ses origines agricoles. Depuis mars 2018, il a désormais sous sa responsabilité près de 1 000 personnes situées à Washington et dans 93 bureaux qui couvrent 171 pays à travers le monde.

« L’Agriculture joue un rôle important dans le gouvernement » a-t-il souligné, en rappelant le mode de scrutin qui permet à des Etats peu peuplés, tel l’Iowa d’avoir une voie d’expression plus importante au sein du Sénat américain. En parallèle, la consolidation des exploitations agricoles, vers des entreprises encore souvent familiales mais plus grandes, explique l’intérêt croissant pour les technologies qui permettent d’augmenter la productivité, les rendements, et l’efficience en production animale. Ken Isley a notamment expliqué l’approche américaine d’évaluation des risques fondée sur les données scientifiques qu’elle souhaite voir partagée. « Nous sommes partisans notamment de l’utilisation des nouvelles technologies de sélection qui permettent d’aller plus vite, et pour que d’autres pays (UE) les acceptent afin que nous puissions continuer de les vendre ».

L’US Foreign Service est chargé principalement des programmes à l’étranger du Département de l’agriculture des États-Unis  (développement des marchés, accords et négociations commerciales internationaux et collecte de statistiques et d’informations sur les marchés). Il s’agit ainsi de financer la promotion des produits agricoles américains à l’exportation et de promouvoir leur accès aux marchés. « La nouvelle administration américaine veut des échanges libres, juste et réciproques » a-t-il souligné (1).

En 2017, les exportations de produits agricoles globales de produits agricoles des USA ont été de 140 milliards de dollars et les importations de 120 milliards de dollars. Vers l’Union européenne les exportations se sont élevées à 11 milliards de dollars et les importations à 22 milliards de dollars.

Les mesures commerciales mises en place par les Etats-Unis en particulier vis-à-vis de la Chine ont eu pour effet des mesures de rétorsions qui ont impactées l’agriculture américaine (soja, élevage porcin, coton, sorgho, blé,…). « Le gouvernement a immédiatement mis en place un programme d’assistance aux agriculteurs à hauteur de 12 milliards de dollars (aides directes, achat de produits agricoles à destination des banques alimentaires) et de 200 millions de dollars supplémentaires pour les programmes de promotion de l’USDA pour trouver des nouveaux débouchés.

Au regard de la relation entre la société civile américaine et la profession agricole, Ken Isley a rappelé les fondements de la réglementation qui se basent sur la science. Les ONG s’expriment, mais le consommateur américain doit avoir le choix. « Ce qui est produit dans la plupart du territoire américain, en fonction de la réglementation sur les pesticides est tout aussi bon pour la santé que pour les autres produits. Le reste est une question de perception. »