Groupe de travail

Quelle indépendance énergétique pour les exploitants agricoles ?

Dans le cadre de la multifonctionnalité qui la caractérise, la production agricole française, à l’instar de son voisin allemand, entend faire valoir l’intérêt qu’elle représente comme productrice d’énergies. Photovoltaïque d’abord, méthanisation ensuite sont des opportunités que de nombreuses entreprises agricoles ont saisies ou souhaitent saisir. Des opportunités qui contribuent à la transition énergétique française tant dans sa volonté d’encourager le développement des énergies renouvelables, que de favoriser une plus grande autonomie énergétique des territoires.

Pourtant, nous sommes face à des dossiers lourds, intéressant certes les producteurs mais aussi nos entreprises de transport et de distribution d’énergie. Par ailleurs, ce sont l’ensemble des consommateurs français qui se trouvent concernés, en particulier en raison de l’impact des énergies renouvelables dans le tarif de l’électricité par la CSPE (Contribution aux charges de service public de l’électricité). Pour saf agr’iDées et avec les apports d’un groupe de travail, nous estimons qu’au-delà, il y a un atout important à jouer pour les entreprises agricoles : celui de devenir d’abord indépendant pour son énergie en étant son propre producteur avant d’envisager des ventes de productions dont le niveau de prix reste aléatoire.

L'accès au contenu de cette page est réservé aux adhérents

Vous êtes adhérent ? Connectez-vous

Vous n'êtes pas encore adhérent ? Rejoignez-nous !