Santé des plantes : vers des solutions combinatoires dans le cadre de l’agriculture de précisionPublié le 17 janvier 2020 par Marie-Cécile DAMAVE

Pour les industriels de la santé des plantes, l’avenir est à l’agriculture de précision, grâce à l’utilisation d’une boîte à outils technologiques. Tel était le principal message de la conférence de presse de l’Union des Industries de Protection des Plantes (UIPP) qui s’est tenue le 15 janvier.

Le Président de l’UIPP Bruno Baranne et sa Directrice générale Eugénia Pommaret ont présenté leur vision pour 2025, sur la base d’une étude prospective du cabinet Alcimed. Les principales conclusions sont que l’avenir de la protection de la santé des plantes dépendra de plus en plus de solutions combinatoires associant chimie de synthèse et produits de biocontrôle, machinisme, robotique et solutions digitales pour développer du matériel de précision, le désherbage mécanique et des outils d’aides à la décision, et enfin la sélection génétique pour développer des variétés tolérantes ou résistantes aux maladies et aux ravageurs.

Pas d’annonce sur les délais de commercialisation de telles solutions combinatoires en revanche, qui font l’objet d’intenses travaux de recherche et développement chez ces entreprises, avec cycles de développement très longs (de l’ordre de la décennie), et dans un monde très concurrentiel.

Autre conclusion de l’étude conduite par Alcimed, ce sont les politiques publiques et la réglementation qui impactent le plus fortement le marché des produits phytosanitaires, en particulier avec les retraits du marché de bon nombre de solutions, conduisant parfois à des impasses techniques. Paradoxalement, ces interdictions peuvent également conduire les agriculteurs à utiliser davantage de quantités de produits phytosanitaires de moindre efficacité.

C’est une des explications de l’augmentation des ventes de produits phytosanitaires en 2018. L’utilisation des produits de biocontrôle se développe fortement aux dépends du conventionnel et la part des produits utilisables en agriculture biologique a plus que doublé en 9 ans. Au-delà des querelles de chiffrage de cette tendance haussière des quantités vendues entre l’industrie (+8%) et les pouvoirs publics  (+21%), l’UIPP avance une autre explication : depuis 20 ans, les pics de ventes de produits de santé des plantes se situent en 2008, 2013 et 2018. Dans chaque cas, ils précèdent une augmentation de la Redevance pour Pollution Diffuse (RPD).