Archives du mot-clef climat

Une grille de lecture de la COP21

L’association La Fabrique Ecologique a organisé le 10 décembre dans la partie ouverte au grand public de la COP21 (Espace Générations Climat) un atelier intitulé « quelle grille de lecture de la COP ? ».  Ces échanges ont mis en avant les conclusions d’une note préparée par La Fabrique Ecologique intitulée « Rendre utile la COP21 – De l’international au national : l’impact des négociations climatiques sur l’action publique », et ont fait le point sur l’état d’avancement des négociations à la COP21, qui arrivent dans leur phase finale.

C’est dans un esprit ouvert, constructif et international que les échanges se sont déroulés lors de cette réunion : les principales leçons tirées par la note étant que (1) le processus des COP a un intérêt en soi, obligeant les acteurs à se positionner chaque année et à formuler des propositions, (2) le concept des co-bénéfices prend de l’importance dans les négociations, en particulier en termes de développement économique et d’amélioration des conditions de vie, (3) le caractère juridiquement contraignant des engagements n’est pas la panacée et a finalement une importance relative, et (4) les effets d’entraînement sur la société civile sont positifs, le monde des entreprises, de la finance, et des collectivités locales notamment s’impliquant de manière significative. Cependant, La Fabrique Ecologique a également souligné le manque d’éléments de transparence et de lecture (la définition d’outils de mesure à utiliser par exemple) des négociations des COP.

Les participants à cette réunion ont relevé certains éléments importants des négociations en cours à la COP21 : il est important de ne pas considérer à l’avance les négociations comme un succès ou un échec, mais plutôt comme une dynamique ; il existe différents agendas internationaux qui doivent être cohérents (Objectifs de Développement Durable et COP en particulier) ; les pays négociateurs ont des positions très hétérogènes, certains ayant des ambitions élevées et d’autres faibles, selon leurs priorités politiques et leurs moyens ; il existe des engagements entre Etats (Chine et Etats-Unis par exemple) ; les collectivités locales peuvent jouer un rôle de locomotive pour relever les ambitions des Etats, et ne doivent donc pas être négligées (cas de la Californie pour les Etats-Unis et du Québec pour le Canada) ; les engagements pris en parallèle des négociations des Etats sont très importants (implication des entreprises ou de milliardaires dans les programmes d’énergie propres par exemple).

 

 

Pour suivre Marie-Cécile Damave sur twitter : @MarieCecile75

Colloque de la journée mondiale des sols

jms2015Le 3 décembre 2015 à Paris. Organisé sous le Haut Patronage du Ministère de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie (MEDDE) et du Ministère de l’Agriculture, de l’Agroalimentaire et de la Forêt (MAAF) ce colloque a pour thème “Les sols et le climat”.

Plus d’informations : http://www.lajourneemondialedessols.org/

L’Initiative 4‰ : les sols pour la sécurité alimentaire et le climat

4pour1000Le 1er décembre 2015 à Paris.  Lancement officiel dans le cadre de la COP21, de l’Initiative « 4 pour 1 000 : les sols pour la sécurité alimentaire et le climat ». C’est un programme de recherche international sur la séquestration du carbone dans les sols, une des contributions de l’agriculture et de l’ensemble du secteur des terres, dont la forêt, à l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Plus d’informations : http://agriculture.gouv.fr/formulaires/index.php/659214

Climat, marque France : des enjeux forts pour la diplomatie française aux Etats-Unis

marque-france371Diplomate de carrière, Gérard Araud est Ambassadeur de France aux Etats-Unis. La French-American Foundation-France l’a invité à ce titre le 28 août à s’exprimer sur les dossiers prioritaires du moment. Rappelant que les relations bilatérales entre la France et les Etats-Unis étaient actuellement excellentes au niveau politique, deux des thématiques qu’il a abordées concernent nos secteurs agricoles et agro-alimentaires : le climat et la marque France.

La conférence de Paris de décembre sur le changement climatique se situe tout en haut de l’agenda, et pas seulement au niveau politique. M. Araud a souligné l’implication de nombres villes (citant Chicago, Los Angeles, San Francisco) et entreprises américaines (telles que Walmart et Google) engagées dans la lutte contre le changement climatique, et l’impact positif de leurs actions en ce sens sur leur réputation auprès de leurs clients. Il a également évoqué le bouillonnement scientifique de nombreuses start-up américaines proposant des solutions pour contribuer à relever ce défi, dans une démarche de progrès et une attitude « positive » typiquement américaine.

D’autre part, s’il a insisté sur la force de la marque France aux Etats-Unis (Versailles, l’art de vivre), M. Araud a aussi considéré nécessaire de rafraîchir cette image, car nous souffrons de beaucoup de préjugés aux Etats-Unis sur notre manque d’ouverture, de modernité, ou de modestie. Les conclusions de la note de saf agr’iDées et la Fabrique de l’Industrie « De nouveaux modèles de croissance pour les industries agroalimentaires françaises ? », récemment publiée, vont dans le même sens, proposant de miser sur le cœur de marché pour favoriser nos exportations, sans s’enfermer dans un modèle de gastronomie à la française.

La COP21 s’invite au Forum annuel et à la réunion ministérielle de l’OCDE

logo-tous-ensembleLa Semaine de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques) vient de s’achever au siège de l’organisation à Paris. Elle s’est ouverte avec le Forum 2015 les 2 et 3 juin, placé sous le thème «investir dans l’avenir – société, durabilité, prospérité », suivie de la réunion ministérielle des pays membres de l’OCDE. Cette semaine fut comme chaque année l’occasion de réunir plusieurs centaines de personnalités : ministres, experts internationaux et personnalités du monde universitaire, des entreprises et de la société civile.

 

A noter que cette année la COP21 (qui aura lieu à Paris en fin d’année) a été évoquée par Helen Clark, Administratrice du Programme de Développement des Nations Unies (UNDP), lors de l’ouverture du Forum, aux côtés du Secrétaire Général de l’OCDE. Elle a rappelé que les Objectifs de Développement Durable (en anglais, « Sustainable Development Goals ») seront adoptés lors du Sommet au siège des Nations Unies à New York en septembre prochain, étape importante précédant la COP21. Ségolène Royal, ministre française de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, faisait également partie des personnalités qui ont ouvert le Forum de l’OCDE. Elle a réaffirmé la priorité politique de la COP21 pour une nouvelle économie décarbonnée afin de lutter contre le changement climatique, au service de la prospérité et du développement. La ministre a considéré qu’il était temps de « passer de la bataille des idées à la bataille de l’action » en mobilisant tous les acteurs. Elle a cité plusieurs types d’actions permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre, et plus particulièrement l’économie circulaire, l’agroécologie et l’agroforesterie, la chimie verte, et la fabrication de matériaux biosourcés.

 

La réunion du Conseil de l’OCDE au niveau des ministres a mis l’accent sur la nécessité de libérer les investissements au service d’une croissance durable et de l’emploi. Le document résumant les points abordés lors de cette réunion indique que les ministres appellent à un accord ambitieux et complet lors de la COP21, et invitent l’OCDE à continuer à soutenir les actions nationales et internationales en faveur du climat. Les ministres ont bien accueilli le tout récent rapport de l’OCDE, de l’Agence Internationale de l’Energie (IEA), de l’Agence pour l’énergie nucléaire (NEA) et du Forum international des transports (ITF) intitulé « Aligner les politiques pour la transition vers une économie bas carbone », qui aborde cette question pour les échanges commerciaux, l’énergie, l’électricité, les transports, et le secteur des terres. A noter également que les ministres ont abordé le sujet de la gouvernance de l’eau, et plus particulièrement les principes de l’OCDE résumés dans un document qui vient d’être publié.