Archives du mot-clef forêt

COP21 – La contribution du secteur des terres ne se borne pas au stockage du carbone dans les sols !

invitationL’initiative du 4 pour 1000, annoncée par le ministre de l’agriculture le 17 mars à Montpellier lors de la conférence scientifique internationale sur l’agriculture climato-intelligente, défendue par la France dans l’enceinte de l’OCDE le 16 septembre, s’est internationalisée le 1er décembre à l’occasion de la COP21. Intitulée « 4 pour 1000 : les sols pour la sécurité alimentaire et le climat », elle a reçu le soutien de plus de 100 Etats et organisations (recherche, ONG, professionnelles, fonds privés).

C’est une belle reconnaissance de cette contribution efficace et spécifique à l’agriculture et à la forêt à atténuer le changement climatique en stockant le carbone, et ainsi éviter les émissions de CO2 dans l’atmosphère, grâce à cette ingénieuse pompe à carbone naturelle qu’est la photosynthèse. Une belle reconnaissance aussi des efforts des agriculteurs et des chercheurs qui ont mis en place des pratiques efficaces de stockage de carbone dans les sols en travaillant sur leur teneur en matière organique, les couverts végétaux, le travail du sols simplifié par exemple.

Et pourtant, limiter la contribution du secteur des terres au stockage du carbone dans les sols est très réducteur. C’est tout d’abord le cantonner au secteur primaire. C’est oublier que l’agriculture et forêt font parties intégrantes des chaînes de valeurs qui transforment les productions en produits alimentaires et non-alimentaires à partir de la biomasse, en énergies renouvelables, dans le système de la bioéconomie.

Comme l’ont montré notre agr’iDay du 18 novembre « agriculture et bioéconomie, des solutions pour le climat » et les Rencontres de Droit Rural du 26 novembre « Forêt : le réveil de la Belle Endormie ? », les rôles des secteurs agricoles et forestiers sont bien plus divers pour répondre au changement climatique : le stockage du carbone se fait non seulement dans les sols, mais également dans les végétaux « sur pied » (plantes cultivées et arbres) ; l’agriculture et la forêt sont sources d’énergies renouvelables : biocarburants de première et deuxième génération, électricité, biogaz et chaleur ; et enfin elles sont sources de valorisations innombrables par la bioéconomie avec la chimie du végétal permettant de « défossiliser » l’économie en y intégrant des produits biosourcés (biomatériaux, biomolécules, ingrédients par exemple).

Malheureusement, la conférence organisée à la COP21 dans l’Espace Générations Climat (ouvert au public) le 2 décembre et qui devait illustrer les efforts des entreprises du monde agricole, agroalimentaire et forestier français mobilisées face au changement climatique, s’est cantonné aux actions menées dans le cadre de l’agroécologie, donnant peu la parole aux entreprises privées, abordant à peine la valorisation de la biomasse et la bioéconomie, et pas du tout l’énergie.

Qu’est-il donc advenu de l’agriculture intelligente face au climat, concept bien plus large et interdisciplinaire (impliquant non seulement l’agroécologie et les sols, mais aussi la génétique, l’agronomie, ou la bioéconomie). Un concept multi-acteurs également, impliquant non seulement des Etats, des ONG, des organisations de recherche, et des entreprises…. Pourquoi se priver de ces dernières pour répondre efficacement aux enjeux climatiques ? Créatrices de valeurs, d’emplois, d’innovations technologiques, investissant dans la recherche… les enjeux climatiques sont trop graves pour se passer des solutions proposées par ces parties prenantes, dans les actions internationales sur le climat.

 

Pour suivre Marie-Cécile Damave sur twitter : @MarieCecile75

Rencontres de droit rural : retour en vidéos sur la conférence du 26/11/2015 – Forêt française : le réveil de la belle endormie ?

Notre think tank et l’Association française de droit rural se sont de nouveau associés pour organiser les Rencontres de droit rural le 26 novembre 2015, sur le thème : “Forêt française : le réveil de la belle endormie ?”.

Retrouvez sur notre chaîne You Tube l’intégralité de la journée en vidéo, séquence par séquence :

 

Ouverture de Bernard Peignot-RDR 2015 "Forêt française : le réveil de la belle endormie ?"

Rencontres de droit rural "Forêt française : le réveil de la belle endormie ?" Paris, 26 novembre 2015 Ouverture par Bernard Peignot, Avocat honoraire aux Conseils, Administrateur de Saf agr'iDées, Vice-président de l'Association française de droit rural (AFDR)

Introduction M. Mandeville et "Etat des lieux du foncier forestier et évolution"-F.Janex-RDR 2015

Introduction par Marie Mandeville, Avocate, présidente de l'AFDR-Centre de la session du matin "L'évolution des outils juridiques pour une meilleure exploitation de la ressource" Intervention de François Janex, Directeur du centre régional de la propriété forestière de Franche-Comté

"Les outils juridiques au service de la restructuration parcellaire" S. De Los Angelès - RDR 2015

Intervention de Stéphanie de Los Angelès, Juriste, SAFER Aquitaine Atlantique

"La mobilisation des acteurs"-E.Mérillon-RDR 2015

Intervention d'Edith Mérillon, ingénieure en chef, chef du bureau réglementation et opérateurs forestiers, DGPE, Ministère de l'Agriculture, de l'agro-alimentaire et de la forêt

"Les raisons d'une fiscalité forestière aménagée"-S.Pézard-RDR 2015

Intervention de Samuel Pézard, notaire à Paris

Ouverture par J-B Millard et "Le modèle canadien comme exemple ?" -Y.Dheilly-RDR 2015

Ouverture de la session de l'après-midi :"Pour une gestion durable de la forêt" par Jean-Baptiste Millard, secrétaire général de l'AFDR, Responsable gestion des entreprises et territoires à Saf agr'iDées Intervention de Yannick Dheilly, Délégué commercial à l'ambassade du Canada

"Une forêt en mal d'exploitation et d'investissement"' -C.Dereix-RDR 2015

Intervention de Charles Dereix, Ingénieur général des ponts, eaux et forêts, membre du Conseil Général de l'Alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux (CGAAER)

Table ronde "Performance dans la gestion de la forêt : un défi commun"-RDR 2015

Table ronde "Performance dans la gestion de la forêt : un défi commun pour les propriétaires publics et privés" - Dominique Jarlier, Président, FNCOFOR ; Luc Bouvarel, Directeur Général, Fédération des forestiers privés de France ; Nicolas Douzain-Didier, Délégué Général, FNB et Charles Dereix, Inspecteur général, membre du CGAAER

Conclusion de Jacques Druais - RDR 2015 "Le réveil de la belle endormie ?"

Conclusion de Me Jacques Druais, Bâtonnier, Président de l'Association française de droit rural

Discours de Claude Maret - Fédération des Fromagers-RDR 2015

Discours de Claude Maret, Vice-président de la Fédération des fromagers de France La Fédération des fromagers de France est partenaire des événements de saf agr'iDées

 

Et aussi :

Les points Clés

Le programme

Les interventions :

 

Plus d’informations sur la page dédiée aux Rencontres de droit rural.

COP21

cop-21_article_photoDu 30 novembre au 11 décembre 2015 à Paris. La 21ème Conférence des Nations-Unies sur le changements climatiques rassemblera les pays désireux d’agir pour le climat. Elle rassemblera près de 40 000 participants – délégués représentants chaque pays, observateurs, membres de la société civile…

Retrouvez l’agenda des événements agricoles et forestiers autour de la COP21, ici.

L’Initiative 4‰ : les sols pour la sécurité alimentaire et le climat

4pour1000Le 1er décembre 2015 à Paris.  Lancement officiel dans le cadre de la COP21, de l’Initiative « 4 pour 1 000 : les sols pour la sécurité alimentaire et le climat ». C’est un programme de recherche international sur la séquestration du carbone dans les sols, une des contributions de l’agriculture et de l’ensemble du secteur des terres, dont la forêt, à l’objectif de réduction des émissions de gaz à effet de serre.

Plus d’informations : http://agriculture.gouv.fr/formulaires/index.php/659214

Investir en Forêt : une priorité !

Jeudi 5 novembre s’est tenu au Palais d’Iéna un colloque intitulé : « Filière bois et changement climatique : investir pour l’avenir ».

L’hémicycle du Conseil économique, social et environnemental (CESE) était plein pour cette manifestation d’envergure organisée par l’Association des sociétés et groupements fonciers et forestiers (ASSFOR) en partenariat avec le CODIFAB et les deux interprofessions France Bois Forêt (FBF) pour l’amont et France Bois Industries Entreprises (FBIE) pour l’aval.

Se tenant à quelques jours de l’ouverture de la 21ème Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, cet évènement, labellisé COP 21, tombait à point nommé.

Il a permis de rappeler que dans la lutte contre le dérèglement climatique et l’engagement de nos sociétés vers une économie bas carbone, la filière forêt-bois française, qui compense 20 % des émissions nationales de CO2, a un rôle de tout premier plan à jouer. C’est ce qu’a souligné en introduction Jean-Paul Delevoye, Président du CESE, tout en mettant les acteurs privés et publics face à leur responsabilité dans la recherche d’une meilleure mise en valeur d’une forêt française sous-exploitée.

Mais pour jouer pleinement son rôle, la filière forêt-bois française doit se développer et a un besoin crucial d’investissements tant dans la ressource en bois que dans son exploitation.

Sylvie Alexandre, délégué interministérielle à la forêt et au bois auprès des Ministres de l’Ecologie et du logement a insisté pour « renouer avec l’investissement en remettant en gestion des forêts qui ne le sont pas ».

Les prises de participation en capital, tel que les fonds d’investissement de la Banque publique d’investissement, les financements participatifs qu’illustre parfaitement Forinvest Business Angels, et demain de nouveaux fonds adossés au carbone ou à l’économie solidaire, sont autant de démarches à valoriser et à promouvoir.

Un nouvel outil, le Groupement forestier d’investissement (GFI), créé par la loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt du 13 octobre 2014, pouvant faire appel public à l’épargne, est en outre de nature à accroitre l’arrivée de capitaux dans le secteur forestier.

Les travaux de ce colloque ont montré que l’investissement pour l’avenir de la filière n’est pas que pécuniaire. Il faut également investir le champ des rapports qu’entretient la société avec sa forêt. L’acceptabilité sociale de la coupe de bois ne doit plus être demain un obstacle. Pour ce faire il faudra que la filière communique davantage sur ses pratiques vertueuses dans le cadre d’un dialogue nourri et apaisé avec le public.

 

foret-967625_640

A l’heure où la forêt est « sous les projecteurs », saf agr’iDées et l’Association française de droit rural (AFDR) ont également souhaité en faire le sujet des Rencontres de droit rural, « Forêt française : le réveil de la belle endormie ? », qui se tiendra à Paris le 26 novembre prochain.

Il y sera notamment question des outils juridiques et fiscaux de nature à regrouper tant le parcellaire (droit de préférence, droit de préemption, procédure de biens sans maître) que des acteurs de la forêt (GIEEF, GFI…, bourse foncière forestière) pour une meilleure exploitation de la ressource.

 

Cet évènement est gratuit. Professionnels de la forêt et du bois, curieux de ce secteur encore trop méconnu : nous vous attendons nombreux !

 

3ème Forum Franco-Québécois Bois&Forêt

Forum Franco Québécois Bois&ForetDu 2 au 4 novembre 2015 à Paris. Depuis 2013, le Forum Franco-Québécois Bois&Forêt est le rendez-vous annuel de rencontres et d’échanges pour l’ensemble des acteurs de la filière. Dans la perspective de la Conférence Paris Climat 2015, cette troisième édition du Forum s’enrichi d’un volet international en ouvrant les débats à l’ensemble des pays de la Francophonie.
Plus d’informations et inscription : http://www.forumboisforet2015.com/