Archives du mot-clef territoires

Gestion des sols – un levier de la durabilité aux risques et bénéfices non mesurés

SolsLe 11 mai 2016, l’Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture (APCA), l’Institut National de la Recherche Agronomique (INRA) et les Editions France Agricole ont organisé un débat sur les sols comme levier majeur pour le développement de l’agriculture et des territoires.

 

Dans la lignée de la COP21 et du programme 4 pour 1000 lancé par la France en 2015, la gestion de la qualité des sols est non seulement une priorité politique dans notre pays pour le ministère de l’agriculture, mais aussi une priorité technique pour la recherche publique (INRA) et pour nombre d’agriculteurs et leurs conseillers. Le président de l’APCA a ainsi annoncé lors de cette réunion sa prochaine signature de l’initiative 4 pour 1000.

 

Ce raisonnement agronomique et systémique n’est pas nouveau chez certains agriculteurs pionniers. Leurs démarches, en particulier avec les Techniques de Conservation des Sols (TCS), sont présentées comme exemplaires depuis le lancement de l’initiative « Produisons Autrement » en 2012 par le ministère de l’agriculture. Lors de la réunion du 11 mai, divers exemples de producteurs et de leurs conseillers intégrant semis direct, couverts végétaux, soins des organismes vivants des sols, ont été à nouveau mis en avant, s’intégrant dans le projet agroécologique français dans une démarche « bottom-up ».

 

La démarche est inclusive et communicante. Elle vise simultanément plusieurs objectifs : réduire l’érosion des sols, améliorer leur structure, leur fertilité (et donc réduire leurs besoins en intrants chimiques de synthèse), en favorisant les écosystèmes naturels qui permettent une meilleure régulation biologique de la matière organique, et créer du lien social entre praticiens et avec leurs conseillers. Les trois dimensions de la durabilité (curieusement, un mot qui n’a pas été prononcé lors de cette réunion, puisque le mot « agroécologie » est plus à la mode…) y sont.

 

Cette démarche est-elle convaincante ? Pas tout à fait. Il y manque la mesure des impacts. Aucun chiffre n’a été cité lors de la réunion du 11 mai. Avec tel système de pratiques de gestion des sols, dans tel système agro-pédo-climatique, de combien est diminuée l’érosion ? De combien augmentent les rendements ? Quelle est le taux de réduction des coûts de production (moins d’épandages de fertilisants, simplification du travail du sol, simplification du calendrier cultural…) ? Pas de réponses quantitatives à ces questions, mais seulement qualitatives. Gageons que l’INRA, engagé dans l’initiative 4 pour 1000, y travaille. Les Instituts Techniques Agricoles, pourtant partenaires de l’initiative 4 pour 1000, n’étaient malheureusement pas associés à la réunion du 11 mai. Pourtant, leurs travaux en la matière sont résumés ici.

 

Le changement de pratiques vers une meilleure santé des sols demeurera une importante prise de risque (en particulier économique) pour les agriculteurs tant qu’ils ne pourront anticiper les niveaux de risques et de bénéfices de ces démarches sur leurs exploitations.

Un plan de développement pour l’agroforesterie

bandeau-agriculture-produisons-autrement-maaf-h160

Dans le cadre du projet agro-écologique pour la France, Stéphane Le Foll, ministre de l’agriculture, de l’agro-alimentaire et de la forêt a dévoilé Jeudi 17 décembre 2015, l’occasion de la 2ème journée nationale de l’agroforesterie, le plan national de développement de l’agroforesterie.

D’une durée de cinq ans (2015-2020), ce plan est voulu par le ministre comme un des leviers majeurs de la transition agro-écologique des territoires. Aucune mesure financière spécifique n’a été annoncée, même si il a été évoqué de futurs leviers financiers (mesures PAC 2015-2020, compensation environnementale,…). Le développement de l’agroforesterie devrait donc reposer sur la mise en place d’un observatoire de l’agroforesterie, le renforcement de la recherche, le pilotage d’un réseau de fermes agroforestières-pilotes, des modules de formation spécifiques, la structuration de la filière (association nationale unique, réseau de conseillers agroforestiers,…), ou encore des outils de distinction commerciale des produits agroforestiers (mention « bois agroforestier géré durablement », label « végétal local », synergies avec les produits sous signe de qualité).

« Les projets innovants de l’agroforesterie, et plus généralement de l’agro-écologie, sont des leviers essentiels pour la dynamisation des territoires ruraux. Ils contribuent, aux côtés des énergies renouvelables, à l’émergence de nouvelles ruralités associant les acteurs des filières et les collectivités locales » a estimé Stéphane Le Foll. Une conférence sera dédiée à cet enjeu majeur pour le monde rural avant le Salon de l’agriculture, a-t-il indiqué en clôturant cette journée.

Rencontres de droit rural : retour en vidéos sur la conférence du 26/11/2015 – Forêt française : le réveil de la belle endormie ?

Notre think tank et l’Association française de droit rural se sont de nouveau associés pour organiser les Rencontres de droit rural le 26 novembre 2015, sur le thème : “Forêt française : le réveil de la belle endormie ?”.

Retrouvez sur notre chaîne You Tube l’intégralité de la journée en vidéo, séquence par séquence :

 

Ouverture de Bernard Peignot-RDR 2015 "Forêt française : le réveil de la belle endormie ?"

Rencontres de droit rural "Forêt française : le réveil de la belle endormie ?" Paris, 26 novembre 2015 Ouverture par Bernard Peignot, Avocat honoraire aux Conseils, Administrateur de Saf agr'iDées, Vice-président de l'Association française de droit rural (AFDR)

Introduction M. Mandeville et "Etat des lieux du foncier forestier et évolution"-F.Janex-RDR 2015

Introduction par Marie Mandeville, Avocate, présidente de l'AFDR-Centre de la session du matin "L'évolution des outils juridiques pour une meilleure exploitation de la ressource" Intervention de François Janex, Directeur du centre régional de la propriété forestière de Franche-Comté

"Les outils juridiques au service de la restructuration parcellaire" S. De Los Angelès - RDR 2015

Intervention de Stéphanie de Los Angelès, Juriste, SAFER Aquitaine Atlantique

"La mobilisation des acteurs"-E.Mérillon-RDR 2015

Intervention d'Edith Mérillon, ingénieure en chef, chef du bureau réglementation et opérateurs forestiers, DGPE, Ministère de l'Agriculture, de l'agro-alimentaire et de la forêt

"Les raisons d'une fiscalité forestière aménagée"-S.Pézard-RDR 2015

Intervention de Samuel Pézard, notaire à Paris

Ouverture par J-B Millard et "Le modèle canadien comme exemple ?" -Y.Dheilly-RDR 2015

Ouverture de la session de l'après-midi :"Pour une gestion durable de la forêt" par Jean-Baptiste Millard, secrétaire général de l'AFDR, Responsable gestion des entreprises et territoires à Saf agr'iDées Intervention de Yannick Dheilly, Délégué commercial à l'ambassade du Canada

"Une forêt en mal d'exploitation et d'investissement"' -C.Dereix-RDR 2015

Intervention de Charles Dereix, Ingénieur général des ponts, eaux et forêts, membre du Conseil Général de l'Alimentation, de l'agriculture et des espaces ruraux (CGAAER)

Table ronde "Performance dans la gestion de la forêt : un défi commun"-RDR 2015

Table ronde "Performance dans la gestion de la forêt : un défi commun pour les propriétaires publics et privés" - Dominique Jarlier, Président, FNCOFOR ; Luc Bouvarel, Directeur Général, Fédération des forestiers privés de France ; Nicolas Douzain-Didier, Délégué Général, FNB et Charles Dereix, Inspecteur général, membre du CGAAER

Conclusion de Jacques Druais - RDR 2015 "Le réveil de la belle endormie ?"

Conclusion de Me Jacques Druais, Bâtonnier, Président de l'Association française de droit rural

Discours de Claude Maret - Fédération des Fromagers-RDR 2015

Discours de Claude Maret, Vice-président de la Fédération des fromagers de France La Fédération des fromagers de France est partenaire des événements de saf agr'iDées

 

Et aussi :

Les points Clés

Le programme

Les interventions :

 

Plus d’informations sur la page dédiée aux Rencontres de droit rural.