Archives du mot-clef transition énergétique

Rencontres parlementaires pour les énergies renouvelables

RP-EnRLes 7e rencontres parlementaires des énergies renouvelables se sont tenues le 24 mai à Paris, associant députés et sénateurs, parties prenantes, représentants de l’administration et le think tank La Fabrique Écologique. Cet événement se situait dans le contexte post-COP21 et a finalement tiré un bilan assez mitigé du développement des énergies renouvelables dans notre pays. Si les multiples actions nationales (loi pour la transition énergétique, Programme Investissement d’Avenir, …) et locales (territoires à énergie positive…) sont nombreuses et diverses, il reste comme un goût d’inachevé : les énergies renouvelables ne représentent aujourd’hui que 14% de la consommation énergétique en France, et l’engagement national de 23% d’ici 2020 risque de ne pas être atteint, comme l’a souligné la sénatrice du Bas-Rhin Fabienne Keller.

 

Explications de Guéraud Guibert, président du think tank La Fabrique Ecologique, qui vient de publier une note « La loi de 2015 sur la transition énergétique : des objectifs ambitieux, une mise en œuvre pour le moment décevante » : il s’agit de renforcer les efforts en matière de recherche et innovation, et de mieux mesurer le coût de l’application de la réglementation. D’autre part, le système de gouvernance en France demeure très centralisé alors que les enjeux se situent au niveau des territoires.

 

Le contexte de surabondance d’énergie fossile à bas prix, de surcapacité de production d’électricité en France, n’est évidemment pas favorable au développement des énergies renouvelables, tout comme un prix du carbone trop faible. Divers intervenants ont illustré le fait que les évolutions technologiques en cours permettaient à certaines énergies renouvelables de devenir de plus en plus compétitives. Pour Arnaud Chaperon, de la direction Energies nouvelles de Total, le solaire sera dans quelques années la source d’énergie la plus compétitive, puisque l’extension du parc installé s’accompagne de la baisse des coûts.

 

Sujet devenu quasiment tabou, les filières des biocarburants n’ont pas été évoquées. Elles se sont pourtant développées depuis une vingtaine d’années sur nos territoires, permettant à la France d’être un des principaux producteurs de biodiesel et de bioéthanol en Europe, avec l’Allemagne et les Pays-Bas. Regrettons qu’aucun représentant du monde agricole ne soit intervenu, et que nos secteurs n’aient été évoqués qu’à travers la méthanisation ou la biomasse source de chaleur et électricité. Pourtant, les exploitations agricoles sont au cœur de solutions diverses pour répondre aux enjeux énergétiques et climatiques, comme l’a montré notre agr’iDay du 18 novembre 2015 : « Agriculture et bioéconomie, des solutions pour le climat ».

La COP21 s’invite au Forum annuel et à la réunion ministérielle de l’OCDE

logo-tous-ensembleLa Semaine de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques) vient de s’achever au siège de l’organisation à Paris. Elle s’est ouverte avec le Forum 2015 les 2 et 3 juin, placé sous le thème «investir dans l’avenir – société, durabilité, prospérité », suivie de la réunion ministérielle des pays membres de l’OCDE. Cette semaine fut comme chaque année l’occasion de réunir plusieurs centaines de personnalités : ministres, experts internationaux et personnalités du monde universitaire, des entreprises et de la société civile.

 

A noter que cette année la COP21 (qui aura lieu à Paris en fin d’année) a été évoquée par Helen Clark, Administratrice du Programme de Développement des Nations Unies (UNDP), lors de l’ouverture du Forum, aux côtés du Secrétaire Général de l’OCDE. Elle a rappelé que les Objectifs de Développement Durable (en anglais, « Sustainable Development Goals ») seront adoptés lors du Sommet au siège des Nations Unies à New York en septembre prochain, étape importante précédant la COP21. Ségolène Royal, ministre française de l’écologie, du développement durable et de l’énergie, faisait également partie des personnalités qui ont ouvert le Forum de l’OCDE. Elle a réaffirmé la priorité politique de la COP21 pour une nouvelle économie décarbonnée afin de lutter contre le changement climatique, au service de la prospérité et du développement. La ministre a considéré qu’il était temps de « passer de la bataille des idées à la bataille de l’action » en mobilisant tous les acteurs. Elle a cité plusieurs types d’actions permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre, et plus particulièrement l’économie circulaire, l’agroécologie et l’agroforesterie, la chimie verte, et la fabrication de matériaux biosourcés.

 

La réunion du Conseil de l’OCDE au niveau des ministres a mis l’accent sur la nécessité de libérer les investissements au service d’une croissance durable et de l’emploi. Le document résumant les points abordés lors de cette réunion indique que les ministres appellent à un accord ambitieux et complet lors de la COP21, et invitent l’OCDE à continuer à soutenir les actions nationales et internationales en faveur du climat. Les ministres ont bien accueilli le tout récent rapport de l’OCDE, de l’Agence Internationale de l’Energie (IEA), de l’Agence pour l’énergie nucléaire (NEA) et du Forum international des transports (ITF) intitulé « Aligner les politiques pour la transition vers une économie bas carbone », qui aborde cette question pour les échanges commerciaux, l’énergie, l’électricité, les transports, et le secteur des terres. A noter également que les ministres ont abordé le sujet de la gouvernance de l’eau, et plus particulièrement les principes de l’OCDE résumés dans un document qui vient d’être publié.