Un pacte vert pour l’EuropePublié le 20 décembre 2019 par Isabelle DELOURME

Wind farm in West Texas. Copyright:EP

La Commission européenne a présenté le 11 décembre 2019 le pacte vert pour l’Europe . Il vise à faire de l’Europe le premier continent climatiquement neutre d’ici à 2050, tout en stimulant l’économie, en améliorant la santé et la qualité de vie des citoyens, en préservant la nature et en ne laissant personne de côté.

 

«  Nous sommes déterminés à réussir dans l’intérêt de notre planète et de la vie qu’elle abrite — pour le patrimoine naturel de l’Europe, pour la biodiversité, pour nos forêts et nos océans. En montrant au reste du monde comment être durable et compétitif, nous pouvons convaincre d’autres pays de nous suivre» a déclaré la présidente Ursula von der Leyen. Le vice-président exécutif Frans Timmermans a ajouté: «Nous sommes dans une situation d’urgence climatique et environnementale. Le pacte vert pour l’Europe est l’occasion d’améliorer la santé et le bien-être de nos concitoyens en transformant notre modèle économique.»

 

Une feuille de route est d’ores et déjà prévue. Elle comprend des actions destinées à promouvoir l’utilisation efficace des ressources en passant à une économie propre et circulaire et à enrayer le changement climatique, la perte de biodiversité et la pollution. L’agriculture est concernée comme tous les secteurs de l’économie.

 

Afin d’inscrire en droit l’ambition politique consistant à faire de l’Europe, d’ici à 2050, le premier continent climatiquement neutre, la Commission présentera, dans les 100 jours à venir, la première «législation européenne sur le climat».

 

Afin de réaliser ses ambitions en matière de climat et d’environnement, la Commission présentera également la stratégie en faveur de la biodiversité à l’horizon 2030, la nouvelle stratégie industrielle et le nouveau plan d’action en faveur de l’économie circulaire, la stratégie «De la ferme à la table» pour une alimentation durable et les propositions en faveur d’une Europe sans pollution.

 

Les travaux débuteront immédiatement en vue d’un renforcement des objectifs européens en matière d’émissions d’ici à 2030, et une trajectoire réaliste sera fixée pour atteindre les objectifs à l’horizon 2050.

 

Pour atteindre les objectifs actuels en matière de climat et d’énergie à l’horizon 2030, il est estimé que des investissements annuels supplémentaires de quelque 260 milliards d’euros, soit environ 1,5 % du PIB de 2018, devront être consentis. Ces investissements nécessiteront la mobilisation des secteurs public et privé. La Commission présentera, début 2020, un plan d’investissement pour une Europe durable destiné à répondre aux besoins d’investissement. Au moins 25 % du budget à long terme de l’UE devraient être consacrés à l’action pour le climat, et la Banque européenne d’investissement, qui est la banque européenne pour climat, apportera un soutien supplémentaire. Pour que le secteur privé puisse contribuer au financement de la transition verte, la Commission présentera en 2020 une stratégie de financement vert.

 

En mars 2020, la Commission donnera le coup d’envoi au «pacte climatique», afin de donner aux citoyens une voix et un rôle dans le cadre de la conception des nouvelles mesures, de l’échange d’informations, du lancement d’activités locales et de la présentation de solutions susceptibles d’être reproduites ailleurs.

 

Reste désormais au Parlement européen et au Conseil européen à entériner les propositions de la Commission européenne et à lui permettre de les réaliser.