Une grille de lecture de la COP21Publié le 11 décembre 2015 par Marie-Cécile DAMAVE

L’association La Fabrique Ecologique a organisé le 10 décembre dans la partie ouverte au grand public de la COP21 (Espace Générations Climat) un atelier intitulé « quelle grille de lecture de la COP ? ».  Ces échanges ont mis en avant les conclusions d’une note préparée par La Fabrique Ecologique intitulée « Rendre utile la COP21 – De l’international au national : l’impact des négociations climatiques sur l’action publique », et ont fait le point sur l’état d’avancement des négociations à la COP21, qui arrivent dans leur phase finale.

C’est dans un esprit ouvert, constructif et international que les échanges se sont déroulés lors de cette réunion : les principales leçons tirées par la note étant que (1) le processus des COP a un intérêt en soi, obligeant les acteurs à se positionner chaque année et à formuler des propositions, (2) le concept des co-bénéfices prend de l’importance dans les négociations, en particulier en termes de développement économique et d’amélioration des conditions de vie, (3) le caractère juridiquement contraignant des engagements n’est pas la panacée et a finalement une importance relative, et (4) les effets d’entraînement sur la société civile sont positifs, le monde des entreprises, de la finance, et des collectivités locales notamment s’impliquant de manière significative. Cependant, La Fabrique Ecologique a également souligné le manque d’éléments de transparence et de lecture (la définition d’outils de mesure à utiliser par exemple) des négociations des COP.

Les participants à cette réunion ont relevé certains éléments importants des négociations en cours à la COP21 : il est important de ne pas considérer à l’avance les négociations comme un succès ou un échec, mais plutôt comme une dynamique ; il existe différents agendas internationaux qui doivent être cohérents (Objectifs de Développement Durable et COP en particulier) ; les pays négociateurs ont des positions très hétérogènes, certains ayant des ambitions élevées et d’autres faibles, selon leurs priorités politiques et leurs moyens ; il existe des engagements entre Etats (Chine et Etats-Unis par exemple) ; les collectivités locales peuvent jouer un rôle de locomotive pour relever les ambitions des Etats, et ne doivent donc pas être négligées (cas de la Californie pour les Etats-Unis et du Québec pour le Canada) ; les engagements pris en parallèle des négociations des Etats sont très importants (implication des entreprises ou de milliardaires dans les programmes d’énergie propres par exemple).

 

 

Pour suivre Marie-Cécile Damave sur twitter : @MarieCecile75