Vendre ses céréales en ligne avec BoursagriPublié le 11 septembre 2018 par Isabelle DELOURME

La digitalisation s’invite chaque jour un peu plus en agriculture. L’initiative de place des marchés en ligne « Boursagri » lancée début septembre 2018 au salon Innovagri par les Etablissements Jeudy, négociants en céréales dans le centre de la France, en témoigne.

Elle s’appuie sur un constat imposant la nécessité de faire évoluer leur propre modèle économique. Au fil des années, il y a de moins en moins d’agriculteurs céréaliers (environ 300 000 actuellement) mais ils sont de plus en plus stockeurs. Les coopératives (165 en 2016), comme les négoces (460 entreprises) diminuent. De nouveaux métiers apparaissent tels les courtiers en culture qui s’interposent entre les OS, négociants et courtiers traditionnels pour traiter directement avec les fabricants d’aliment du bétail, meuniers ou industriels. Tout cela a convaincu Gilles Jeudy et son fils Raphaël de se lancer secrètement  il y a trois ans dans l’élaboration de la plateforme Boursagri. Désormais opérationnelle, Boursagri permet d’accueillir en direct les offres des vendeurs (agriculteurs, Organismes stockeurs, centrales d’achat (Actura) et celles des acheteurs (OS, meuniers, FAB, industriels, éleveurs, acheteurs étrangers,…), ou de leur proposer un « MATCHING », un process breveté sécurisé et blockchainé. Celui-ci repose sur cinq critères (année de la récolte, produit et caractéristiques (INCOGRAINS n° 19), lieu de chargement et logistique (30 tonnes- camion), période de chargement et prix). La plateforme ne fixe pas le prix, elle ne fait que refléter la fluidité du marché. A noter l’ajustement automatique au mieux disant pour la partie acheteur, comme pour le vendeur. La plateforme envoie automatiquement un  contrat est automatiquement envoyé aux parties lorsqu’il y a Boursagri se rémunère par un pourcentage ponctionné sur l’acheteur et le vendeur, au moment de la facturation qu’elle établit comme intermédiaire entre les parties.

Outre les céréales à paille, Boursagri s’ouvre aussi au colza, au tournesol, au maïs et aux autres cultures (sarrasin, pois, soja, sorgho,…).

Sur twitter :  @boursagri