Vin : innover pour durer !Publié le 17 février 2021 par Marie-Cécile Damave

Le 15 février 2021, agridées a animé la conférence d’InVivo Quest intitulée « Wine innovation: welcome to the vineyards of the 21st century ! », en format webinaire. Les intervenants y ont montré pourquoi le monde du vin a plus que jamais besoin d’innovations, en insistant sur les conditions d’organisation des acteurs pour un transfert d’innovation réussi.

 

Les défis de la production viti-vinicole sont nombreux. Côté amont, le changement climatique exerce une forte pression à la baisse sur les rendements tandis que la réglementation et les marchés imposent de réduire les utilisations de produits phytosanitaires issus de la chimie de synthèse.  Côté aval, la répartition de la demande mondiale se déplace et les attentes des consommateurs évoluent.

Selon Hervé HANNIN, Directeur du développement de l’Institut des Hautes Etudes de la Vigne et du Vin (IHEV) de Montpellier SupAgro, le vin voyage beaucoup plus dans le monde aujourd’hui qu’il y a 30 trente ans. En 1990, seulement 12% de la consommation provenait de vins importés alors qu’aujourd’hui cette proportion a bondi à 45%.  En quelques décennies, les Etats-Unis et l’Asie (et en particulier la Chine) sont devenus des leaders de la consommation de vins aux côtés des pays européens.

La tradition est au cœur du secteur viti-vinicole (pas moins de 93% de la production française bénéficie d’une indication géographique a rappelé Hervé HANNIN), ce qui a freiné la prise de conscience de ces enjeux chez les acteurs de la production nationale. Cependant, ces derniers ont été sensibilisés à la question du changement climatique et montrent massivement leur préférence pour l’innovation face à d’autres scénarios[1], en particulier le déplacement des régions de production.

Nouveaux consommateurs, nouveaux défis

Les attentes des consommateurs évoluent et la baisse de la consommation dans notre pays, en particulier chez les jeunes est préoccupante. « Le monde change » a répété Bruno KESSLER, Chief winemakers chez InVivo Wine, et le monde du vin aussi. Les parts de marché des vins sans alcool ou à faible teneur en alcool augmentent, ainsi que celles des vins plus durables (réduction ou élimination des résidus de pesticides, économie circulaire…) et des vins « sans ».

Pour apporter des réponses pertinentes à ces défis, les acteurs de la recherche et de la production tendent à mettre en commun leurs compétences dans des clusters ou hub d’innovation. C’est le cas de l’IHEV, qui bénéficie du réseau de recherche agricole internationale de Montpellier, et également d’Inno’Vin, cluster présent dans la région du Bordeaux et du Cognac depuis 2010. Ces écosystèmes permettent de fédérer les acteurs en réseau pour faire émerger des innovations efficaces et pertinentes.

Trois grands types d’innovation apportant des réponses à ces défis ont été identifiés : l’amélioration génétique, l’intelligence artificielle et les innovations de l’ordre de l’économie circulaire.   L’utilisation de cépages résistants n’est plus un tabou et les cahiers des charges évoluent pour que la production viti-vinicole devienne plus durable malgré la pression climatique et la moindre disponibilité des outils de lutte chimique contre les bioagresseurs. L’importance des modèles statistiques de prévision de rendement en viticulture a été soulignée par Gilles BRIANCEAU, Directeur d’Inno’Vin, pour prévoir les potentiels de rendement en dépit de la variabilité des événements climatiques, et pour prévoir les risques de maladie sur les vignes. De son côté, Bruno KESSLER a indiqué que les méthodes d’œnologie prédictive permettraient de produire davantage de « vins sans » en maîtrisant mieux un certain nombre de paramètres lors de la vinification (gestion précise de l’oxygène, biodiversité des microorganismes, connaissance du potentiel redox, transport et processus d’embouteillage) pour pouvoir réduire des résidus de pesticides et répondre aux impératifs d’étiquetage des ingrédients notamment. Enfin, Bruno KESSLER a mis en avant une autre démarche de progrès : la valorisation des résidus et des coproduits dans une démarche d’économie circulaire. Par exemple en valorisant les marcs et les lies, en filtrant les résidus, en gérant mieux la consommation d’eau et les utilisations d’emballages.

La vidéo de cette conférence est disponible en replay ici, ainsi que les vidéos des conférences précédentes d’InVivo Quest 2020-2021.

 

[1] Projet Laccave – Prospective Vigne et Vin dans le contexte du changement climatique : Des scénarios pour réfléchir à l’avenir de la filière Vigne et Vin dans le contexte du changement climatique