La bioéconomie vue des Etats-Unis Publié le 8 avril 2020 par Marie-Cécile DAMAVE

Les Académies américaines des sciences, de médecine et des technologies ont récemment publié un rapport de près de 400 pages intitulé « Safeguarding the bioeconomy » (« Sauvegarder la bioéconomie »). C’est un document qui actualise le plan d’action de la Maison Blanche publié en 2012 « National Bioeconomy Blueprint » sous l’Administration Obama, paru sensiblement au même moment que la première stratégie européenne pour la bioéconomie. Alors que cette dernière avait été actualisée en 2018 et déclinée en différentes stratégies nationales dans les Etats membres[1], la vision américaine de la bioéconomie n’avait pas été mise à jour. Les visions européenne et américaine de la bioéconomie, assez proches à l’origine, prennent aujourd’hui des chemins différents. Si elles ont en commun la dimension industrielle de valorisation de la biomasse, elles divergent dans les autres domaines. Dans l’UE, la bioéconomie intègre la production agricole et forestière, la transformation agroalimentaire, et l’économie circulaire. Aux Etats-Unis, la bioéconomie demeure avant tout industrielle et non alimentaire, n’inclut la production agricole que dans ses dimensions biotech et comprend la biomédecine. Elle se préoccupe de plus en plus de sécurité, de cybersécurité, et de protection de la propriété intellectuelle des innovations. Différences encore plus criantes, la dimension territoriale de la bioéconomie et son objectif de développement durable sont absents de la vision l’américaine.

[1] Voir les documents liés à l’agridébat du 27/02/2017 : « L’agriculteur, maillon fort de la bioéconomie » : points-clés et synthèse comparative des stratégies de la Commission européenne et de cinq Etats-membres

 

 

Analyse Bioéconomie US Avril 2020
0.3 MiB
Détails
@SAFThinkTank