Agridées

Site non disponible sur ce navigateur

Afin de bénéficier d'une expérience optimale nous vous invitons à consulter le site sur Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

Retour à la liste des contenus

Articles

Temps de lecture : 1 min

02/12/2022

Innovation phytosanitaire : comment aller plus vite et plus loin ?

Les industriels de la protection des plantes, membres de CropLife Europe, ont communiqué l’état de leurs investissements réalisés entre 2015 et 2021 pour la recherche et le développement de solutions de biocontrôle/biopesticides (1,75 milliards d’euros investis un engagement de 4 Md€ d’ici 2030), et de technologies numériques et d’agriculture de précision (2,15 Md€ sur les 10 Md€ annoncés d’ici 2030) dans le but de permettre aux agriculteurs de produire plus durablement.

Ils soulignent que « même avec un niveau d’investissement constant, de nombreux outils n’arriveront pas dans les mains des agriculteurs européens lorsqu’ils en auront besoin, c’est à dire en 2030 ou plus tôt ».

Les industriels revendiquent leur besoin d’un cadre réglementaire qui englobe et récompense l’innovation. « Les nouvelles solutions de biocontrôle sont actuellement bloquées dans le processus d’homologation ou sont confrontées à l’absence de voies réglementaires pour leur homologation » a indiqué Olivier de Matos, directeur général de CropLife Europe dans un communiqué publié le 1er décembre 2022. Le représentant de l’organisation européenne de l’industrie de la protection des cultures précise : « Il faut parfois jusqu’à sept ans pour qu’une solution de biocontrôle puisse être autorisée à l’utilisation par les agriculteurs européens. Cela signifie que toute solution développée aujourd’hui n’arriverait sur le marché qu’à l’échéance du programme européen « Farm to Fork ».

Les nouvelles technologies numériques et d’agriculture de précision, qui ont le potentiel de réduire l’utilisation des produits phytosanitaires de 20 à 30 % et les surfaces traitées de 50 à 80 %, nécessitent selon lui, une meilleure infrastructure, de la formation aux utilisateurs et de la disponibilité des données.