Groupes de travail

cerveau

Notre think tank organise tout au long de l’année des groupes de travail thématiques, pilotés par nos collaborateurs, dont les conclusions et propositions sont ensuite transmises et publiées sous diverses formes (évènements, note de think tank, note d’analyse, tribune, etc.).

 

L’expertise et les compétences de nos adhérents sont les bienvenues : trouvez votre thématique en fonction de vos centres d’intérêt et rejoignez un groupe pour faire avancer ensemble les idées !

Posez-nous une question :

Vous devez êtes adhérent pour pouvoir nous interroger

Compétitivité de la filière céréalière export

La France souffre dans sa capacité à demeurer un acteur de premier rang dans les échanges internationaux de céréales. Le rôle ascendant de la Mer Noire, la diversité des origines communautaires concurrentes où les aléas/tendances climatiques apportent leur part d’explication. Les évolutions législatives/réglementaires françaises et européennes méritent également d’être analysées. Par ailleurs, le rôle des acteurs économiques à tous les stades de la chaîne, et le comportement collectif en filière, doivent aussi être évalués afin de comprendre la situation dans sa globalité y compris en terme de satisfaction des clients.

En conséquence, agridées a décidé de mettre en place un Groupe de Travail sur le thème  « COMPETITIVITE DE LA FILIERE CEREALIERE EXPORT ».

La résilience des filières biologiques

Comment toucher les dividendes du développement de la bio, sans payer la rançon du succès ?

La consommation alimentaire des produits bio est en pleine expansion en Europe et en France où son chiffre d’affaires a atteint 7 Mds d’€ en 2016. Certes cela ne représente encore que 3% du marché alimentaire de notre pays, mais la progression est fulgurante : +20% par rapport à 2015. En Allemagne, pays leader, les ventes atteignent 9,5 Mds d’€ pour 5% du marché alimentaire….

› Lundi 03 avril 2017

L’agriculteur maillon fort de la bioéconomie

La France s’est dotée d’une stratégie nationale pour la bioéconomie début 2017, prenant sa place dans la stratégie européenne engagée en 2012. Cette « économie du vivant » consiste notamment à valoriser la biomasse et les co-produits issus de l’agriculture, la forêt et leurs filières, dans une démarche d’économie circulaire. Comment permettre à l’agriculteur, qui est au cœur de la bioéconomie, de s’approprier ce concept et de prendre sa place de maillon fort au sein de ce système ? Comment faire en sorte qu’il s’y engage en tant que partie prenante de la création de valeur économique, environnementale et sociétale des filières alimentaires et non-alimentaires de la bioéconomie ?

› Samedi 01 avril 2017

Quelle légitimité pour un statut d’agriculteur ?

saf agr’iDées a choisi d’engager une réflexion en 2017 sur le statut de l’agriculteur qui n’est pas, à ce jour défini juridiquement, en se basant sur plusieurs constats.