22/02/18

Kevin Moity

Secrétaire de FranceAgriTwittos

1/ Pouvez-vous nous présenter la communauté virtuelle FranceAgriTwittos ?

 

FranceAgriTwittos a été créé à la base pour répondre à la demande de faire des rencontres IRL (« In Real Life ») puis on s’est vite rendu compte qu’on était tous des communicants agricoles par Twitter. L’association pouvait donc aller plus loin en portant les personnes qui communiquent de façon positive sur l’agriculture.

 

La communauté FranceAgriTwittos regroupe donc agriculteurs et para-agricoles désireux de mutualiser leurs forces et connaissances afin de faire de la communication positive sur l’agriculture, tout en restant une communauté apolitique et asyndicale.

 

Les profils sont très divers, tant au niveau des agriculteurs que des para-agricoles, ce qui permet d’animer les échanges sur Twitter, et de cibler des publics très différents. Il y a des agriculteurs (éleveurs, céréaliers, viticulteur, etc ; en agriculture biologique, raisonnée, de conservation, conventionnelle…) qui représentent 50% des adhérents, des salariés de coopératives, de nombreux salariés de startups telles que La Ferme Digitale, des journalistes, des enseignants, des communicants, des salariés d’organismes tels que le GNIS, des consultants (en machinisme, en agronomie, en communication) et des étudiants.

 

 

2/ Quelles sont vos ambitions et prochains RDV pour 2018 ?

 

Au-delà de la communauté virtuelle qui s’est créée, l’ambition de FranceAgriTwittos est également de permettre des rencontres entre ses membres comme celle organisée à Tours pour l’Assemblée Générale Constituante en Novembre. Des sondages vont être lancés très rapidement afin de déterminer la date et le lieu idéal pour la prochaine rencontre FrAgTw. Avec des profils aussi différents, trouver une date n’est pas une mince affaire.

 

D’ici là, le prochain rendez-vous est bien évidemment au Salon de l’Agriculture. Sur invitation de La Ferme Digitale, nous serons présents sur le SIA afin d’aller à la rencontre du grand public. Il est important, aujourd’hui, d’ouvrir le dialogue entre consommateurs et agriculteurs. Cela se passe sur Twitter, en présentant le quotidien, sans filtre des agriculteurs, ou en apportant des éclairages sur des points techniques, mais aussi par des rencontres physiques lors d’événements comme le SIA.

 

 

3/ Malgré cette envie de communiquer via les RS, comment éviter de rester dans l’entre-soi ?

 

Les communautés d’agriculteurs ont toujours existé, sur les forums notamment. Le principe même de Twitter est son ouverture à tous, à l’image de l’association. De par le côté très interactif de ce réseau social, un simple échange entre agriculteurs peut atteindre des personnes qui n’auraient pas forcément été regarder ce type de tweets mais qui peuvent être intéressées par le sujet.

 

Au-delà du réseau social, la création de FranceAgriTwittos a également permis d’offrir à ses membres une exposition dans la presse quotidienne régionale. Aujourd’hui, agriculteurs et para-agricoles doivent toucher les personnes de leur territoire, les gens proches d’eux. Les journalistes locaux sont majoritairement sur Twitter, contrairement à beaucoup de leurs lecteurs.  Lorsque la presse parle de FranceAgriTwittos, les gens peuvent identifier les membres et oser venir les voir afin de discuter de leur métier.

 

 

Propos recueillis par Marie-Laure HUSTACHE.

@SAFThinkTank

Autres interviews :