Agridées

Site non disponible sur ce navigateur

Afin de bénéficier d'une expérience optimale nous vous invitons à consulter le site sur Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

Retour à la liste des contenus

Points de vue

Temps de lecture : 4 min

15/04/2022

La sécurité alimentaire : un objectif qui a besoin d’une politique

Le 24 février 2022, l’invasion de l’Ukraine par les forces armées russes a plongé l’Europe dans l’effroi. Jusqu’au bout, les Européens ont cru au dialogue avec le voisin russe et à une sortie de crise par la voie diplomatique, à tort !

Les raisons profondes qui ont animé le belligérant sont difficiles à identifier. En revanche, les conséquences d’une telle guerre sont, chaque jour, plus visibles. L’explosion du prix de l’énergie et des matières premières et l’inflation des produits qui en dépendent sont déjà une réalité pour les entreprises et les consommateurs. Dans un contexte de marché des grains déjà tendu, l’offensive russe a eu l’effet d’un détonateur propulsant les prix à des niveaux jamais atteints. Et pour cause, ensemble Russie et Ukraine représentent dans le commerce mondial 30 % du blé, 32 % de l’orge, 19 % du maïs, 20 % du tournesol et 79 % de l’huile de tournesol. Admettons-le, aujourd’hui, une partie du monde ne sait pas se nourrir sans ces deux exportateurs.

 

Alors que les spécialistes tablent sur un conflit qui va s’inscrire dans la durée, la situation génère des bouleversements géopolitiques profonds et durables qui nous imposent d’infléchir nos politiques et nous confèrent, nous européens, de nouvelles responsabilités face à un État-continent qui, outre la force, ne craint pas d’utiliser l’arme alimentaire pour parvenir à ses fins. L’objectif européen d’une neutralité carbone à l’horizon 2050 n’est pas négociable. Il a d’ailleurs guidé les travaux d’Agridées ces deux dernières années. En revanche la question de la sécurité alimentaire de l’Union européenne et des pays proches, remise sur le devant de la scène avec la crise sanitaire, devient à la lumière de ce conflit une priorité. Plutôt que d’être dénaturé, le Pacte vert doit être amendé pour y intégrer plus clairement cette dimension.

Donnons-nous les moyens pour atteindre notre autonomie protéique, pour constituer des stocks stratégiques, pour relocaliser des intrants qui le sont également… Autant de sujets sur lesquels Agridées fera réfléchir, ces prochains mois, sa communauté.

 

Retrouvez cet édito dans La Revue Agridées à paraître la semaine prochaine.