agridées

Site non disponible sur ce navigateur

Afin de bénéficier d'une expérience optimale nous vous invitons à consulter le site sur Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

Retour à la liste des contenus

Articles

Temps de lecture : 2 min

27/07/2021

2ème enquête BPCE : l’Observatoire sur l’agriculture française

Paysage-vigne-CV@Agridees

Deux ans après sa première publication, BPCE L’Observatoire vient de se pencher à nouveau sur les perspectives d’évolution du marché de l’agriculture en France. L’étude, réalisée par BVA, est basée sur une enquête téléphonique effectuée entre février et mars 2021 auprès d’un échantillon de 1 359 agriculteurs représentatifs de 300 000 moyennes et grandes exploitations, dont un sur-échantillon de 200 viticulteurs.

Bien que le secteur de l’agriculture ait été relativement épargnée par la crise sanitaire par rapport à d’autres secteurs, les agriculteurs de cette enquête estiment qu’elle a eu un impact négatif pour près de 44 % d’entre eux sur leur chiffre d’affaires, mais que ce dernier devrait se stabiliser (48 %), voire s’améliorer (21 %) dans les 12 prochains mois.
La plupart des personnes interrogées déclarent tenir déjà compte des enjeux sociétaux dans leur système de production, en particulier pour ce qui est du bien-être animal, du changement climatique (67%) et de la gestion de la ressource en eau. Une accentuation de cette tendance est envisagée dans les 5 prochaines années.
L’étude distingue quatre tendances majeures de stratégies de transformation qui intéressent plus particulièrement ces agriculteurs : l’agrandissement pour atteindre une taille critique, majoritairement sous forme sociétaire ; la diversification para-agricole, en particulier vers la production d’énergie et la transformation de produit agricoles ; la mutualisation de moyens (coopératives et Cuma), l’engagement dans des démarches « agroécologiques » (bio, certifications environnementales, paiements pour services écosystémiques).

A noter toutefois que les agriculteurs se déclarent de plus en plus préoccupés par la préparation de leur retraite et la cession-transmission de leur exploitation. 45 % des agriculteurs-viticulteurs ont plus de 55 ans, et 22 % des personnes interrogées ne sont pas certaines de travailler dans leur exploitation dans les 5 ans.