Agridées

Site non disponible sur ce navigateur

Afin de bénéficier d'une expérience optimale nous vous invitons à consulter le site sur Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

Retour à la liste des contenus

Articles

Temps de lecture : 4 min

02/09/2022

Benchmark européen des exploitations de grandes cultures

Pluriagri vient de publier une analyse des performances économiques des exploitations de grandes cultures (SCOP) européennes sur la base des données 2020 du RICA (Réseau d’Information Comptable Agricole).

A retenir :

  • 56% des exploitations SCOP françaises réalisent un chiffre d’affaires (hors aides de la PAC) compris entre 100 et 500 000 euros (considérées dans la nomenclature européenne comme des grandes exploitations). Ces grandes exploitations représentent 75% de la Surface Agricole Utile (SAU) et 81% de la valeur ajoutée du secteur SCOP français. Au-delà de 500 K€, les très grandes exploitations sont relativement peu nombreuses en France (moins de 1 % des exploitations spécialisées SCOP) et sont couvertes par le secret statistique) ;
  • Des produits dégagés à l’hectare au même niveau que la moyenne européenne mais des charges opérationnelles (engrais, semences, produits phytosanitaires) plus élevées, ce qui se traduit par une rentabilité moindre ;
  • Une plus faible efficience des intrants (chiffre d’affaires généré pour un euro dépensé) : 2,5 euros en France contre plus de 3 euros en Allemagne, Roumanie, Espagne et Italie ;
  • Des amortissements (endettement) en baisse depuis 2013 mais qui restent bien supérieurs à la moyenne européenne (200 euros / ha contre 175 euros en moyenne européenne) ;
  • Des salaires plus élevés en France mais à relativiser car il s’agit principalement d’une main d’œuvre familiale ;
  • Un soutien public inférieur en France par rapport aux autres pays (somme des aides PAC / hectare) : 242 euros (en baisse continue depuis 2003) contre 317 euros en Allemagne (moyenne UE à 256 euros).

 

En synthèse, les exploitations SCOP françaises se caractérisent par des performances économiques moyennes moindres (rentabilité par UTA) par rapport à leurs principaux concurrents européens malgré des surfaces travaillées par actif importantes. En revanche, l’encadrement des fermages en France contribue à maintenir leurs prix relatifs à des niveaux bas.

 


A télécharger : 

Pluriagri- Zoom n° 24 – juillet 2022 – benchmark européen des exploitations OTEX 15

Pluriagri – Zoom n°25 – juillet 2022 – benchmark européen_où se situent les exploitations SCOP françaises

 


Pour plus d’informations, accédez aux études détaillées Pluriagri sur leur page LinkedIn

Note : Pluriagri, association qui rassemble des entreprises et des organisations professionnelles du secteur agricole des grandes cultures, a pour missions d’analyser la compétitivité des producteurs français de grandes cultures, et de contribuer au débat sur les politiques publiques en lien avec les enjeux de sécurité alimentaire, environnementaux et climatiques.