agridées

Site non disponible sur ce navigateur

Afin de bénéficier d'une expérience optimale nous vous invitons à consulter le site sur Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

Retour à la liste des contenus

Analyses

Temps de lecture : 5 min

09/12/2021

L’agriculture du carbone se construit

Le « carbon farming » ou « agriculture du carbone » est à la mode. Depuis plusieurs mois, de nombreux acteurs se positionnent pour établir des bilans carbone, émettre des recommandations en termes de pratiques plus stockantes et/ou moins émettrices, calculer les crédits carbone correspondants à des trajectoires de progrès, et enfin identifier les entreprises ou collectivités capables d’acheter ces crédits carbone aux groupes d’agriculteurs qui les génèrent. La course à la valeur est lancée, pour les agriculteurs, les fournisseurs de services et les financeurs, alors que le cadre politique se précise pour parvenir à l’objectif ultime de neutralité carbone en 2050. Le modèle économique est en construction, tant au niveau des politiques publiques que des acteurs et des outils qui se positionnent sur ce créneau dans les Etats membres. Au niveau européen, la Commission devrait présenter sa communication sur les cycles du carbone durable le 14 décembre 2021, encourageant financements publics et privés d’un carbon farming qui devra générer des co-bénéfices et être fondé sur des méthodes standardisées de suivi, de reporting et de vérification. En France, la validation en août 2021 de la méthode grandes cultures pour le Label Bas Carbone a conduit les fournisseurs de services à s’organiser pour embarquer les agriculteurs dans cette nouvelle recherche de valeur. Les instituts techniques agricoles se sont impliqués directement dans la rédaction de cette méthode ainsi qu’Agrosolutions, cabinet d’expertise conseil d’InVivo, qui a aussi lancé un outil de diagnostic et d’accompagnement des agriculteurs dans leur transition bas carbone : Carbon Extract. Ce dernier a des concurrents directs de plus petite taille : les jeunes entreprises innovantes MyEasyFarm (avec l’outil MyEasyCarbon) et Rize. Attention cependant à ne pas être attentifs qu’aux acteurs franco-français. Le reste du monde ne nous attend pas. D’autres méthodologies telles que le Cool Farm Tool sont déjà largement en place et reconnues à l’international dans les grands groupes de l’agroindustrie, et d’autres acteurs tels que Soil Capital ont des périmètres plus européens pour accompagner les agriculteurs dans leur transition. Quant aux agriculteurs, difficile pour l’instant de trouver un modèle rémunérateur pour la mise en place de pratiques moins émettrices sans cumuler aides publiques, financements privés du carbone et primes versées par les filières…

L'accès complet au contenu de cette page est reservé aux adhérents

Vous êtes adhérent ?

Connectez-vous

Vous n'êtes pas encore adhérent ?

Rejoignez-nous !