agridées

Site non disponible sur ce navigateur

Afin de bénéficier d'une expérience optimale nous vous invitons à consulter le site sur Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

Retour à la liste des contenus

Articles

Temps de lecture : 2 min

16/12/2021

Les français, les agriculteurs et leur alimentation

Le dernier sondage IFOP pour Dimanche Ouest France intitulé ‘ Les Français, les agriculteurs et leur alimentation‘, paru le 3 décembre 2021 confirme la bonne image que les français ont de leurs agriculteurs et la dynamique d’amélioration de cette image depuis le début de la pandémie. En parallèle les chiffres objectivent une diminution de la confiance des consommateurs à l’égard de la certification Bio et leur vigilance sur la composition et l’origine de ce qu’ils achètent.

Une bonne image des agriculteurs renforcée par la crise sanitaire…

Les français sont nombreux à estimer ‘pouvoir avoir confiance en leurs agriculteurs’ : avec 79 % des sondés c’est 7 points supplémentaires par rapport à février 2020. Par ailleurs 72 % des personnes interrogées estiment que les agriculteurs sont respectueux de la santé des français (+ 8 points), 72 % pensent qu’ils sont soucieux du bien-être animal (+4%) ,68 % considèrent que les agriculteurs sont modernes (+ 3%), 59% qu’ils sont compétitifs (+ 5 %), et s’ils ne sont que 58% à estimer que les agriculteurs sont respectueux de l’environnement, c’est tout de même 3 points supplémentaires sur la même période. Force est de constater que la crise de la COVID a renforcé globalement leur image positive auprès des français. En cette période de forte incertitude liée à la pandémie, les français ont pu constater que leurs agriculteurs ont tenu bon, et qu’ils ont continué à les nourrir malgré les difficultés liées à la pandémie (notamment le manque de main d’œuvre lié aux fermetures des frontières).

 … Mais moins de français prêts à sacrifier leur pouvoir d’achat

Si l’image des agriculteurs français auprès de leurs concitoyens est indéniablement en progression, sa traduction en acte de consommation responsable ne l’est pas, et ne résiste pas au contexte d’érosion du pouvoir d’achat des ménages français. A la question « Est-ce que vous seriez prêt à payer plus cher vos produits alimentaires pour garantir un revenu correct aux agriculteurs », si 69 % des français ont répondu favorablement, c’est tout de même 3 points de moins qu’en février 2020. Cette hausse des prix consentie se limitant d’ailleurs à 5% pour 43 % des sondés.

La tendance au flexitarisme se confirme

76% des français déclarent être prêts à diminuer leur consommation de protéines animales (+9 points par rapport à octobre 2017) en ‘privilégiant de la viande et du poisson de meilleure qualité environnementale et gustative’. Parallèlement c’est 48% des sondés (+7%) qui déclarent consommer davantage de produits végétaux. Une tendance qui devrait se poursuivre puisque 42% des sondés estiment qu’ils mangeront davantage de produits végétaux dans les années à venir.

(A lire : Note sur le flexitarisme de Yves Le Morvan, responsable filières et marchés chez Agridées)

La consommation d’aliments bio s’essouffle, la confiance des consommateurs en baisse

84% des français déclarent consommer des aliments ‘bio’, des chiffres en baisse de 3% par rapport à février 2020. La part de ‘ceux qui en achètent très souvent’ est même passée de 21 à 16% (-5%). Cet essoufflement notable après deux décennies de hausse continue, peut s’expliquer en partie par une forte baisse de la confiance dans l’appellation « bio » objectivée par une autre question du sondage :  seulement 52% des sondés déclarent avoir confiance dans le label, c’est une chute de 18 points par rapport à février 2008. Les sondés estiment également que si les produits bio sont plus variés (+18 points) et relativement faciles à trouver (+14 points). 91% des sondés jugent leurs prix trop élevés.

(A lire : Article  ‘SYNABIO-consommation bio : la croissance, les écueils’ de Yves le Morvan)

Des français concernés par leur santé, qui privilégient les marques locales et les notations alimentaires

 

93% des sondés pensent ‘que leur santé est impactée par la présence de pesticides dans les aliments qu’ils consomment ’, ce score important n’a pas évolué depuis 2017 et témoigne d’une inquiétude généralisée des français sur le sujet. Cette préoccupation se retrouve dans l’attention apportée au Nutri Score et autres notations (66% des sondés), notamment chez les jeunes générations (75% des moins de 35 ans).

Il est intéressant de constater que la relation entre les consommateurs français et les agriculteurs demeure forte dans la durée. Une tendance qui se retrouve dans l’attractivité des produits locaux et régionaux, puisque 86% des sondés seraient prêts à privilégier les marques locales dans leurs achats.