agridées

Site non disponible sur ce navigateur

Afin de bénéficier d'une expérience optimale nous vous invitons à consulter le site sur Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

Retour à la liste des contenus

Articles

Temps de lecture : 4 min

20/05/2022

Les Rencontres du Commerce Coopératif et Associé : Actualités

La FCA, Fédération du Commerce Coopératif et Associé, tenait le 17 mai 2022 ses rencontres annuelles à Paris. Le commerce coopératif et associé ? Ce sont des commerçants qui sont des entrepreneurs indépendants (+ de 31.000), propriétaires de leurs points de vente, qui mutualisent au sein de groupements un certain nombre de services et moyens tels les achats, référencements, marques, logistique, conseils-formations, marketing des enseignes…Ces groupements fonctionnent sur les principes coopératifs.

Derrière le concept apparaissent des noms connus. C’est le cas dans l’alimentation, qui représente 69% du chiffre d’affaires consolidé de la FCA, avec Intermarché, U, E.Leclerc, Biomonde… Mais aussi dans d’autres secteurs avec Krys, Atol, Lissac, Optic 2000, Intersport, Sport 2000, Best Western, Orpi…  Au total, c’est 163 milliards d’€ de CA annuel en 2021 (+4,5%), soit 30% du commerce de détail en France pour 178 enseignes nationales / 50 256 points de vente / 597 000 employés.

Jean-Pierre Dry, Président de la FCA, a souligné la performance de ce type de commerce dont la croissance, cette année encore, est supérieure à celle du commerce de détail (+4,5 contre +3,9%) du fait de la mutualisation des réseaux, du maillage territorial et de la capacité entrepreneuriale des entrepreneurs associés.

Parmi les invités principaux, Dominique SCHELCHER, Président de Système U est venu à la fois évoquer son livre « Le bonheur est dans le près » – Le commerce au cœur du vivre ensemble – publié par l’Archipel en 2022, et donner son sentiment à propos de la chaîne alimentaire en situation actuelle de tension.

En ce qui concerne son ouvrage, Dominique SCHELCHER y développe l’importance de la proximité notamment pour le commerce, qui représente souvent un des derniers endroits de contacts relationnels, et donc d’observation, dans les territoires. Cette proximité renforce aussi les liens avec les fournisseurs et favorise l’offre locale. Par sérendipité, elle facilite les découvertes et les innovations. Chez « U » l’implication du dirigeant local est enfin renforcée par la limitation à 3 de son nombre de magasins adhérents au réseau. La présence locale, l’écoute, exigent du temps. La conséquence est que le commerce coopératif, avec un dirigeant libre dans son entreprise tout en participant à un réseau, peut être considéré dans sa meilleure expression comme un « activateur de confiance ». Cette fierté ne cache pas l’humour et l’humilité, puisque le Président de « U » explique que dans ses enquêtes 81% des entreprises pensent que leurs services sont impeccables…alors que les clients ne sont que 8% à les soutenir ! Un livre à lire.

Evidemment les difficiles discussions, voire parfois les crises, au sein de la chaîne alimentaire ont fait l’objet de commentaires attendus de la part d’un des principaux distributeurs français. L’inquiétude est perceptible à propos d’une inflation vue comme étant à peine à mi-chemin avant l’été, du jamais vu depuis quarante ans. La distribution se retrouve dans un rôle délicat entre partie prenante de l’économie agricole et défense du pouvoir d’achat, avec le risque de subir l’inflation mais sans bénéficier de la croissance. Les changements de comportement des consommateurs deviennent visibles du fait des prix : réduction des achats de type bio, tensions sur les viandes, produits laitiers et les fruits et légumes. Les MDD sont en progression, ainsi que les marques de premier prix. Les propositions professionnelles et politiques encore récentes, de sortie de l’ornière des prix de la production agricole, par la création de valeur et l’acceptation à payer des consommateurs, sont-elles toujours d’actualité ? Néanmoins les transitions alimentaires et écologiques sont en cours, voire s’accélèrent.  Ainsi le distributeur allemand REWE, coopérative de commerçants outre-Rhin, fait-il l’expérience de produits avec une double étiquette, le prix de vente habituel et pour information le prix de vente vertueux intégrant le coût de l’empreinte environnementale.

En conclusion, il n’échappe à personne que le pouvoir d’achat constitue le thème du moment. Il n’obère pas la propension des consommateurs à vouloir s’insérer dans un environnement durable. Un vrai cas de transition.