agridées

Site non disponible sur ce navigateur

Afin de bénéficier d'une expérience optimale nous vous invitons à consulter le site sur Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

Retour à la liste des contenus

Articles

Temps de lecture : 1 min

08/10/2021

Pulpes de betteraves : un coproduit aux multiples enjeux

L’Association de Recherche Technique Betteravière (ARTB) a publié fin septembre 2021 une étude sur les différents débouchés de la pulpe de betterave.

Après extraction de l’eau (environ 75%) et du sucre, la pulpe représente environ 5% de la racine de betterave. Payée en moyenne 2 euros par tonne de betteraves à 16°S, elle pèse près de 10% du revenu betteravier.

Valorisée principalement en alimentation animale, sous différentes formes (humide ou déshydratée), la pulpe est de plus en plus convoitée pour d’autres usages, notamment pour la méthanisation. Dans certaines régions, comme en Champagne-Ardenne, elle est intiment liée à l’activité de déshydratation de luzerne. A moyen-long terme, la pulpe pourrait être l’objet de convoitises pour d’autres secteurs industriels dans une logique de bioéconomie.

Dans le contexte spécifique de la filière betterave-sucre, qui connait une forte restructuration depuis la fin du système des quotas sucriers en octobre 2017 et de la recherche d’optimisation des performances économiques des exploitations agricoles de manière globale, le sujet de la pulpe est au cœur de nombreux enjeux stratégiques que l’étude de l’ARTB met en exergue.