Agridées

Site non disponible sur ce navigateur

Afin de bénéficier d'une expérience optimale nous vous invitons à consulter le site sur Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

Retour à la liste des contenus

Articles

Temps de lecture : 2 min

16/09/2022

Spectaculaire canopée agrivoltaïque de TSE sur grandes cultures

Une synergie est-elle possible entre la production de denrées alimentaires et d’énergie décarbonée sur les terres agricoles ? C’est le pari de l’agrivoltaïsme*, pour contribuer en même temps aux sécurités alimentaire et énergétique des territoires. Toute comme la méthanisation agricole, l’agrivoltaïsme contribue à décentraliser la production d’énergie : tout un programme !

Jusqu’à présent, l’agrivoltaïsme s’est surtout concentré sur la combinaison entre production électrique par des panneaux solaires positionnés au-dessus d’animaux d’élevage (moutons, volailles), de cultures maraîchères ou de vignobles. L’intérêt de ces panneaux pour ces productions agricoles a été observé, jouant le rôle d’ombrières en cas d’ensoleillement excessif et de protection contre la grêle ou le gel[1].

Le 8 septembre 2022, la société TSE[2] a ouvert un nouveau champ des possibles, avec l’inauguration de son premier pilote à Amance en Haute-Saône sur grandes cultures. Des panneaux mobiles pilotés par intelligence artificielle (entre autres selon l’orientation du soleil) sont suspendus à 5,50 m au-dessus du sol, soutenus par une structure à faible emprise au sol. L’écartement entre les poteaux est en effet de 27m x 11m, permettant le passage des engins agricoles.

Le pilote couvre cet été 3 ha de soja, où de nombreux capteurs recueillent un maximum de données sur l’impact de la canopée photovoltaïque sur la croissance des cultures et sur le sol (taux d’humidité et température notamment), par comparaison à des parcelles voisines témoin de 2 ha, conduites de la même façon, sur le même sol, mais sans canopée. Ces essais agronomiques seront menés pendant 9 ans avec le pôle national de recherche, innovation et enseignement sur l’agrivoltaïsme de l’INRAE à Lusignan, les équipes techniques du groupe coopératif Alliance BFC et le département R&D de l’école de Purpan.

Difficile d’être critique au sujet de l’intégration paysagère de l’installation : les panneaux sont si hauts qu’ils laissent le regard aller librement au loin, au-delà de la canopée aérienne, elle-même intégrée au ciel, et dont les ombres forment des damiers sur les cultures au sol…

Nous suivrons avec beaucoup d’intérêt et de curiosité l’inauguration des prochains pilotes de TSE prévus dans les prochains mois en Normandie et dans les Hauts de France… dans le contexte de l’examen du projet de loi d’accélération des énergies renouvelables[3] prévu cet automne par le Parlement.

 

 


*Pour l’ADEME, « l’agrivoltaïsme se distingue par le(s) service(s) apporté(s) en réponse à une problématique agricole et par la synergie qu’il présente entre production agricole principale et production photovoltaïque secondaire » (ADEME, 27 avril 2022 : Photovoltaïque et terrains agricoles : un enjeu au cœur des objectifs énergétiques)

[1] Voir la Note Agriculture : concilier rentabilité économique et action climatique

[2] Voir le communiqué et le dossier de presse 

[3] Voir l’avis du conseil national de la transition écologique sur ce projet de loi.