agridées

Site non disponible sur ce navigateur

Afin de bénéficier d'une expérience optimale nous vous invitons à consulter le site sur Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

Retour à la liste des contenus

Articles

Temps de lecture : 2 min

07/12/2021

A Tours, le Commerce reverdit

La FC2A, Fédération du Commerce Agricole et Agroalimentaire, a tenu son colloque annuel à Tours le 3 décembre 2021 sur le thème « Carbone et agriculture ».

-Un colloque unitaire puisque la FC2A regroupe de façon transversale 7 fédérations représentant les acteurs du commerce ou du négoce dans des filières aussi diverses que le bétail (FFCB), les grains et l’agrofourniture (FNA), la pomme de terre et les plants (FEDEPOM), les fruits et légumes (ANEEFEL), les œufs et les ovoproduits (SNIPO), les pailles et fourrages (UCIPF) et le commerce international des céréales et oléo-protéagineux (SYNACOMEX). D’autres fédérations professionnelles sont attendues sous peu pour rejoindre la FC2A et renforcer sa dynamique en cours. (Voir les 3 questions à Gérard POYER).

 

-Un colloque tourné vers l’avenir en s’intéressant à la stratégie bas carbone, tant dans la décarbonation des activités des entreprises de commerce que dans l’accompagnement des agriculteurs sur leur exploitation et dans les filières.

L’économiste Christian de PERTHUIS a rapidement planté le décor et les exigences du calendrier, « si on ne s’occupe pas du climat, le climat va s’occuper de nous ! », et insisté sur la mise en route d’une trajectoire de réduction des émissions de gaz à effet de serre pour atteindre la neutralité climatique, la compensation ne faisant que stabiliser une situation qu’il faut impérativement faire évoluer. En ce sens les émissions majoritaires de carbone fossile devraient être frappées par « une économie de rationnement », alors que celles issues du vivant devront être mieux valorisées, en relation avec les puits de carbone.

Les différentes tables-rondes qui ont éclairé le fil des débats ont montré les possibilités d’action : « il est possible de réduire de 20% les émissions au niveau des exploitations » -Jean-Baptiste DOLLE de l’IDELE. Elles y ont ajouté la nécessité d’y infuser de la valeur « puisque ce sont les agriculteurs qui font le travail » -Maximin CHARPENTIER au titre de Terrasolis. Et enfin elles ont affiché la certitude que le label bas carbone constituera un levier dans la diversification des financements pour mettre en concurrence les systèmes et « faire bouger tout autant l’offre que la demande » -Pierre-Marie AUBERT de l’IDDRI. Ce dernier point a été repris et amplifié par Samuel VANDAELE, Président de Jeunes Agriculteurs, pour qui les projets « carbone » dépassent les choix techniques ou réglementaires, ils s’inscrivent dans une nouvelle perspective de durabilité des entreprises agricoles, au sens pluriel du terme.

Le colloque s’est achevé sur une prise de parole, enregistrée en vidéo, de Julien DENORMANDIE le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, qui a salué le rôle des entreprises de commerce dans la chaîne de valeur, « tous les maillons comptent ». Un message de sympathie qui arrive à point, et qui participe à faire reverdir et à mettre en lumière, même en plein hiver, l’image de la FC2A et la visibilité de ses actions.