Marchés laitiers : bilan 2015 et orientations 2016 Publié le 24 mars 2016 par Marie-Cécile DAMAVE

Morosité sur les marchés laitiers en 2015 : l’offre mondiale a surpassé la demande, provoquant la chute des prix et l’accumulation des stocks (en particulier de poudre de lait écrémée dans l’UE). La hausse de la collecte européenne a contribué à ce déséquilibre, face à la fermeture du marché russe et au ralentissement de la demande chinoise. Dans l’UE, la hausse de la production laitière n’est pas seulement le résultat de la sortie des quotas. Elle avait augmenté bien avant (+10% depuis 2007). Les autres pays producteurs (Nouvelle Zélande et Etats-Unis) ont augmenté plus fortement leur collecte que l’UE en 2015. Quant à la demande, le ralentissement des importations chinoises a été particulièrement significatif en poudre grasse et en poudre de lait écrémée. Notons à l’inverse la bonne tenue de la demande de beurre, particulièrement dynamique aux Etats-Unis. Les exportations européennes de ce produit ont donc progressé sensiblement. En 2016, la production laitière européenne devrait continuer à alimenter les stocks de poudre de lait écrémé, et les bas prix du pétrole devraient limiter la demande en produits laitiers des pays producteurs de pétrole. En revanche, la Chine revient peu à peu sur les marchés.

L'accès au contenu de cette page est réservé aux adhérents

Vous êtes adhérent ? Connectez-vous

Vous n'êtes pas encore adhérent ? Rejoignez-nous !