agridées

Site non disponible sur ce navigateur

Afin de bénéficier d'une expérience optimale nous vous invitons à consulter le site sur Chrome, Edge, Safari ou Mozilla Firefox.

Retour à la liste des contenus

3 questions à

Temps de lecture : 5 min

29/04/2022

Arnaud Petit

La situation du marché des céréales vu par le directeur exécutif du Conseil International des Céréales (CIC)

1/ Quel est le rôle du CIC, alors que l’attaque de la Russie en Ukraine concerne 2 acteurs majeurs des échanges mondiaux en céréales et oléagineux ?

La mission historique du CIC depuis la fin de la seconde guerre mondiale est de fournir une analyse hebdomadaire de la situation des marchés physiques des grains, oléagineux, riz et légumineuses. Dans le contexte du conflit en mer Noire, le CIC a tout d’abord publié une note sur son impact direct sur le commerce des grains et identifié les volumes bloqués en Ukraine au début du conflit (environ 6 Mt pour le blé et 13 Mt pour le maïs). Cette note est accessible sur notre site web (https://www.igc.int/en/downloads/2022/gen2122misc1.pdf).

Le CIC a également développé un suivi des mesures de restriction au commerce liées à la crise en mer noire. Il a en outre mis en place un groupe de travail d’experts pour mieux évaluer la situation en Ukraine et affiner les prévisions de production et de commerce. Les membres du CIC se sont réunis le 6 avril dernier pour faire un point de situation sur les marchés. Enfin le secrétariat du CIC travaille sur l’adaptation de son système de suivi du coût du fret maritime pour intégrer de nouvelles routes et améliorer la transparence du commerce international des céréales.

 

2/ Peut-on faire un point à date, volumes/prix, sur les échanges de cette campagne ?

Apres un moment de choc sur les marchés, qui ont réagi fortement, l’indice du coût du commerce de l’IGC a battu son record historique mi-mars. L’indice du commerce du blé est toujours supérieur de 20% de celui avant la crise en mer Noire. Le CIC a révisé ses prévisions de commerce global du blé en 2021/22 pour les réduire de 3 MT et atteindre 193 MT. L’UE et l’Inde ont répondu partiellement à cette demande. Toutefois, une rationalisation de la demande s’opère également dans les pays tels que la Turquie, l’Iraq et l’Egypte. Le secteur des céréales en Ukraine a réduit en partie ses opérations d’exportation, environ 1,5 MT par mois. Les exportateurs russes devraient pour leur part remplir le quota d’exportation qui était fixé à 8 M.T. Les premières prévisions de récolte pour 2022 permettent d’envisager une production de blé relativement stable (- 1 Mt par rapport à l’année dernière) grâce à un rebond de la production au Canada, en Russie et en Argentine. Aussi le commerce du blé devrait-il rester stable à 193 MT.

 

3/ Le CIC joue un rôle méconnu, notamment d’échanges d’informations, en matière d’aide alimentaire…

Effectivement, le CIC assure le secrétariat de la Convention pour l’assistance alimentaire. Cette convention regroupe la communauté des pays donneurs d’aide ou d’assistance alimentaire. Cette convention permet à ces derniers de partager leur expérience pour améliorer et coordonner leurs modalités d’actions dans les régions en crise alimentaire et entreprendre des mesures structurelles en ce sens. Les membres ont également mis en place un mécanisme d’urgence pour échanger leurs modalités d’intervention dans des zones très difficiles d’accès. Enfin cette convention présente également un objectif de maintien du niveau des engagements financiers des membres de la convention. Depuis sa création, les membres de la convention n’ont cessé d’augmenter leur budget d’assistance alimentaire.