Droit de reprise : quand la décision du Préfet ne suffit pas Publié le 4 août 2015 par Jean-Baptiste MILLARD

La jurisprudence la plus récente de la Cour de cassation nous offre à nouveau une illustration de l’articulation complexe entre le statut du fermage et la réglementation du contrôle des structures et des limites du dispositif actuel.

L'accès au contenu de cette page est réservé aux adhérents

Vous êtes adhérent ? Connectez-vous

Vous n'êtes pas encore adhérent ? Rejoignez-nous !